Le fait qu'Ésaïe ait prédit avec précision l'existence de Cyrus en le nommant perturbe les gens qui ne croient pas que les prophètes reçoivent des prédictions de la part de Dieu. Pour s'en sortir, ils acceptent la théorie selon laquelle un autre prophète, un «second Ésaïe, » vivant du temps de Cyrus, a écrit Ésaïe 40 à 66. Ainsi, le livre d'Ésaïe est considéré comme «coupé en deux,» tout comme le destin que la tradition attribue au prophète lui-même (voir He 11.37).

Cependant, il n'existe aucun témoignage historique en faveur de l'existence d'un second « Ésaïe. » S'il a existé, il serait étrange que la Bible ne le mentionne pas, car son message est d'une grande importance, et son talent littéraire est phénoménal. Le plus ancien manuscrit de la Bible, le rouleau d'Ésaïe de Qumrân, ne comporte aucune rupture entre Ésaïe 39 et 40, qui aurait pu laisser entendre un passage vers l'oeuvre d'un nouvel auteur.

Le message fondamental d'Ésaïe est constant tout au long de son livre : faites confiance au vrai Dieu, y compris à son Libérateur messianique, plutôt que de compter sur d'autres puissances. Les chercheurs mettent l'accent, à juste titre, sur le changement de perspective entre la période assyrienne dans Ésaïe 1 à 39 et la période babylonienne aux chapitres 40 et suivants. Mais nous avons découvert qu'Ésaïe 13-14 et 39 prévoient déjà une captivité babylonienne. Il est vrai qu'Ésaïe 1 à 39 insiste sur le jugement, et Ésaïe 40 à 66 insiste sur la consolation. Mais dans les chapitres précédents, la consolation et l'assurance divines sont également abondantes, et des passages ultérieurs, comme Ésaïe 42.18-25, Ésaïe 43.22-28, et Ésaïe 48.1-11, parlent des jugements de Dieu sur Juda qui l'a abandonné. En fait, les prédictions d'Ésaïe au sujet d'une consolation future impliquent une souffrance entretemps.

Bien que la nation ait dû affronter de terribles catastrophes à cause des péchés du peuple, certaines personnes parmi elles n'abandonnèrent pas tout espoir. Elles s'accrochèrent aux promesses de Dieu, comme celles dans Lévitique 26.40-45. Lisez attentivement ces versets. Mettez-vous à la place de ces Hébreux qui étaient en vie après la défaite de leur nation face à Babylone. Quelle espérance trouvez-vous dans ces paroles ?

Quel principe spirituel voyez-vous à l'oeuvre dans ces versets de Lévitique ? Que dit le Seigneur à Israël ici? En quoi le même principe est-il à l'oeuvre dans nos propres vies?