Dans Ésaïe 41.8, Dieu parle d'Israël mon serviteur et dans 42.1, il présente mon serviteur. Qui est ce serviteur?

S'agit-il d'Israël/Jacob, l'ancêtre des Israélites? La nation d'Israël? Le Messie/Christ, identifié dans le Nouveau Testament comme étant Jésus ?

On compte deux types de références à des serviteurs de Dieu tout au long d'Ésaïe 41 à 53. L'un d'eux est appelé « Israël » ou «Jacob,» comme dans Ésaïe 41.8; Es 44.1, 2, 21; Es 45.4 ; Es 48.20. Puisque Dieu s'adresse à Israël/Jacob au présent, il est clair que lui, Jacob, représente la nation qui descend de lui. Nous en avons confirmation par le fait que la rédemption pour «Jacob, son serviteur» du Seigneur est accomplie au moment où il doit sortir de Babylone (Es 48.20).

Dans d'autres occasions, comme dans Ésaïe 42.1, Ésaïe 50.10, Ésaïe 52.13, Ésaïe 53.11, le serviteur de Dieu n'est pas nommé. La première fois qu'il est mentionné dans Ésaïe 42.1, son identité n'est pas tout de suite visible. Cependant, à mesure qu'Ésaïe précise son profil dans des passages ultérieurs, il apparait qu'il s'agit d'un individu qui ramène les tribus de Jacob (Israël) à Dieu (Es 49.5, 6) et qui meurt en sacrifice au nom des pécheurs (Es 52.13-53.12; voir également Es 49.5, 6). Par conséquent, il ne peut s'agir de la nation. Ainsi, il apparait clairement qu'Ésaïe parle de deux serviteurs de Dieu. L'un est collectif (la nation), et l'autre est individuel.

Quel est le rôle de cette nation-serviteur? Es 41.8-20.

Dieu assure à Israël que la nation est encore le serviteur du Seigneur : Je te choisis et je ne te rejette pas (Es 41.9). Puis Dieu fait à Israël l'une des promesses les plus merveilleuses de la Bible : N'aie pas peur, car je suis avec toi; ne jette pas des regards inquiets, car je suis ton Dieu; je te rends fort, je viens à ton secours, je te soutiens de ma main droite victorieuse (Es 41.10). Ici et dans les versets qui suivent, l'un des rôles fondamentaux d'Israël est de compter sur Dieu pour qu'il les sauve (contrairement au roi Achaz), plutôt que de compter sur d'autres dieux et leurs images comme d'autres nations le font (Es 41.7, 21-24, 28, 29).

Remarquez comment dans Ésaïe 41.14, le Seigneur appelle la nation un ver. Que voulait-il dire? Regardez l'intégralité du texte. Qu'est-ce que cela devrait nous apprendre également sur notre besoin de dépendre totalement du Seigneur?