«Il en est beaucoup qui estimeraient un grand privilège de pouvoir visiter les lieux où le Christ a vécu, de fouler les chemins où il a marché, de contempler le lac au bord duquel il aimait à enseigner, les collines et les vallées sur lesquelles ses regards se sont posées. Mais point n'est besoin d'aller à Nazareth, à Capernaüm, ou à Béthanie, pour marcher sur les traces de Jésus. Nous trouverons l'empreinte de ses pas près du lit d'un malade, dans les cabanes du pauvre, dans les rues fréquentées de nos grandes villes, partout où un cœur humain a besoin de consolation. En imitant ce que faisait Jésus sur la terre, nous marcherons sur ses traces. » Ellen G. White, Jésus-Christ, p. 642.

Ésaïe a parlé d'un serviteur du Seigneur avec une mission de miséricorde similaire : il ne brisera pas le roseau qui ploie, il n'éteindra pas la mèche qui vacille; pour ouvrir les yeux des aveugles, pour faire sortir de la forteresse le prisonnier et de la maison de détention les habitants des ténèbres (Es 42.3, 7).

Voyons un peu qui est ce Serviteur. Qui est-il, et qu'accomplit-il ?

Étudiez la leçon de cette semaine pour le sabbat 27 février.