Tout comme le nom des enfants d'Ésaïe (Shéar-Yashoub, «un reste reviendra,» et Maher-Shalal-Hash-Baz, qui signifie «Vite au butin, en hâte au pillage! »), le nom d'Immanou-El a une signification. Il signifie littéralement «avec nous Dieu.» Mais la traduction généralement acceptée : « Dieu avec nous» passe à côté de quelque chose d'important. Comme pour d'autres noms hébreux qui n'ont pas de verbe, on doit ajouter le verbe « être » car il n'est pas exprimé en hébreu. Ainsi, Immanou-El doit être traduit: «Dieu est avec nous» (comparez les mêmes mots dans Es 8.10), tout comme le nom «Jésus» (en grec, version abrégée de l'hébreu Yehoshua, ou Josué) signifie «Le Seigneur est salut,» avec le verbe ajouté à nouveau (comparez avec Ésaïe, qui signifie «salut du Seigneur »).

Mais le nom Immanou-El, ou Emmanuel, n'est pas juste une description abstraite. C'est l'affirmation d'une promesse qui est à présent accomplie : « Dieu est avec nous!»

Quelle est la signification de la promesse que Dieu est avec nous ?

Il n'existe pas d'assurance et de réconfort plus grands. Dieu ne promet pas que son peuple n'aura pas à souffrir des épreuves et des souffrances, mais il promet en revanche qu'il sera avec eux. Le psalmiste déclare : Même si je marche dans la vallée de l'ombre de mort, je ne crains aucun mal, car tu es avec moi: ta houlette et ton bâton, voilà mon réconfort (Ps 23.4). «Dieu déclare: Si tu traverses les eaux, je serai avec toi; si tu passes les fleuves, ils ne t'emporteront pas; si tu marches dans le feu, tu ne te brûleras pas, et les flammes ne te dévoreront pas (Es 43.2). Où était le Seigneur quand les Babyloniens jetèrent les trois amis de Daniel dans le feu? Avec eux (Dn 3.23-25). Et où était le Seigneur pendant que Jacob luttait jusqu'à l'aube ?

Dans les bras de Jacob, aussi près qu'il pouvait l'être (Gn 32.24-30). Même quand le Seigneur n'apparait pas physiquement sur terre, il traverse les expériences de son peuple avec eux. Où était le Seigneur quand la foule condamna Étienne? Debout à la droite de Dieu (Ac 7.55). Pourtant, quand Jésus monta au ciel, il s'est assis à la droite de la majesté dans les hauteurs (He 1.3). Pourquoi était-il debout alors qu'Étienne était en difficulté, sur le point d'être lapidé à mort ? Comme Morris Venden l'a dit : 'Jésus n'allait tout de même pas supporter tout cela en restant assis!'» - Roy Gane, God's faulty heroes (Hagerstown, Md.: Review and Herald Pub. Assn., 1996), p. 66.

Bien que nous ayons la promesse que «Dieu est avec nous,» quelle différence cela fait-il si nous devons affronter tout de même des épreuves et des souffrances terribles ? À quoi cela peut-il nous servir de savoir qu'il est présent dans ce cas ? Expliquez votre réponse.