Un professeur de l'université d'Oxford a élaboré la théorie selon laquelle rien n'est réel, le monde, nous-mêmes, et tout ce qui nous entoure. Nous serions selon lui les créations digitales d'un peuple d'extraterrestres à l'aide d'ordinateurs superpuissants.

C'est une théorie intéressante, mais elle soulève une question cruciale: quelle est la nature de la réalité ?

Il y a globalement deux réponses possibles, même si une seule est rationnelle. La première, c'est que l'univers, et tout ce qu'il contient, y compris nous, existe simplement. Rien ne l'a créé, rien ne l'a formé. Il est juste là. C'est une simple donnée brute. Il n'y a pas de dieu, il n'y a pas de dieux, il n'y a rien de divin. La réalité est purement matérielle, purement naturelle. Comme quelqu'un l'a dit il y a 2500 ans (cette idée n'a rien de nouveau), «des atomes et du vide.»

L'autre conception veut qu'un (ou des) être divin ait créé l'univers. Cela semble en effet plus logique, plus rationnel, plus sensé, que l'idée qui voudrait que l'univers existe simplement, sans aucune explication quant à son existence. Cette position englobe la nature, le monde des «atomes et du vide,» mais elle ne s'y limite pas. Elle renvoie à une réalité qui est bien plus vaste, plus profonde, et plus riche que la vision athéiste-matérialiste qui est tellement mise en avant aujourd'hui.

Qu'est-ce que les textes suivants ont à dire sur les idées soulevées dans la leçon d'aujourd'hui? Ps 53.1; Pr 15.3; Jn 3.16; Es 45.21; Lc 1.26-35.

Au coeur de toute éducation chrétienne, il y a non seulement la réalité de Dieu, mais celle du genre de Dieu qu'il est, un Dieu personnel qui nous aime et qui interagit avec nous. C'est un Dieu de miracles qui, bien que s'appuyant sur les lois naturelles, n'est pas limité par ces lois et peut les transcender quand il le décide (comme dans le cas de la conception virginale de Jésus). Enseigner cette vision est particulièrement pertinent à notre époque, car une bonne partie du monde intellectuel, tout en affirmant (à tort) que la science la soutient, enseigne ouvertement et sans vergogne la vision athée et naturaliste du monde.

Réfléchissez à combien la vision athée du monde est étriquée et limitée, comparée à la vision biblique du monde, qui (comme nous l'avons déjà dit) englobe le monde naturel mais qui ne s'y limite pas. Pourquoi, en fin de compte, la vision biblique, théiste du monde, est-elle simplement plus logique et rationnelle que sa concurrente athéiste ?