Le poète polonais Czeslaw Milosz a écrit un poème, qui commence par évoquer des animaux imaginaires : des lapins qui parlent, des écureuils doués de parole, etc. ils ont «autant en commun avec animaux réels,» écrit-il, «que nos notions du monde ont en commun avec le monde réel. » Puis, pour conclure le poème, il écrit : « Pensez-y, et tremblez.»

«Tremblez» est peut-être un mot trop fort, mais il est vrai que ce que beaucoup d'humains pensent du monde ont peut-être totalement tort. Par exemple, pendant près de 2000 ans, une bonne partie des personnes les plus intelligentes et les plus instruites du monde pensaient que la terre se tenait immobile au centre de l'univers. Aujourd'hui, une bonne partie des personnes les plus intelligentes et les plus instruites du monde pensent que les humains ont évolué à partir de ce qui était à l'origine une forme de vie primitive.

En tant qu'êtres humains, nous ne voyons jamais de façon neutre le monde qui nous entoure. Nous le voyons, toujours et uniquement, à travers des filtres qui affectent la manière dont nous l'interprétons et le comprenons. Ce filtre s'appelle une vision du monde, et il est tellement crucial d'enseigner à nos jeunes, et même à nos membres d'église plus âgés, ce qu'est la vision biblique du monde.

Étudiez la leçon de cette semaine pour le sabbat 24 octobre.