Quand Moïse apprend qu'il va bientôt mourir, il est bien conscient de la situation qu'il va laisser derrière lui. Il sait qu'après sa mort, les Israélites vont entrer en Terre Promise, en Canaan. Il sait également que le peuple va se rebeller en parvenant enfin à destination après toutes ces années.

Lisez Deutéronome 31.14-27. Quelles préparations Moïse fait-il avant sa mort? Quelles étaient ses principales préoccupations, et comment s'en occupe-t-il ? 

Le ton de Moïse rappelle un peu celui d'un professeur qui prépare l'arrivée d'un remplaçant. Il sait que ses élèves ont eu un mauvais comportement en sa présence dans la classe. Il ne se fait pas d'illusions, et se doute qu'ils se rebelleront en son absence. Il donne l'ordre aux Lévites qui portaient l'arche de l'alliance de placer le Livre de la Loi à côté de l'arche afin qu'elle soit un « témoin. » Moïse ne se contente pas de transmettre un plan de cours à son remplaçant. Il transmet un témoin. Moïse parle du Livre de la Loi comme s'il s'agissait d'un être vivant ayant le pouvoir de réprouver le coeur des hommes.

Réfléchissez à l'idée de loi comme « témoin contre» eux. Comment comprenons-nous cette idée dans le Nouveau Testament, également? Voir Rm 3.19-23. Autrement dit, de quelle manière la loi nous renvoie-t-elle à notre besoin de grâce? 

Dans Deutéronome 31, Dieu donne l'ordre à Moïse de mettre par écrit un chant que le Seigneur lui a enseigné. Moïse doit ensuite enseigner le chant aux Israélites de sorte que, comme le dit le verset 19, il soit un témoin contre les Israélites. À nouveau, nous voyons les directives de Dieu personnifiées. Un chant, une fois interprété, se partage et se propage plus facilement. Et quand un chant est un témoin, il a la capacité de pousser les gens à rentrer en eux-mêmes et à voir ce qu'il dit sur eux.

Même tandis que nous cherchons à obéir à la loi de Dieu avec toute notre force reçue de Dieu, de quelle manière sa loi fonctionne-t-elle comme un «témoin contre» nous ? Que nous enseigne ce témoin sur le besoin de l'évangile dans nos vies ?