Le coeur du livre de l'Apocalypse est le chapitre 14. Ce chapitre est d'une importance capitale pour le peuple de Dieu vivant dans les derniers jours de l'histoire de l'humanité. Il révèle le dernier message de Dieu aux hommes. Ce message pour la fin des temps est crucial pour le peuple de Dieu et pour toute l'humanité.

Lisez Apocalypse 14.14-20. Quel symbolisme est employé ici pour décrire le retour de notre Seigneur ? 

Le symbolisme de la moisson est employé tout au long de la Bible pour décrire le retour de Christ (Mt 13.37-43, Marc 4.29). Dans Apocalypse 14, la moisson de grain mûr représente la rédemption des justes, et la vendange de raisins mûrs décrit la destruction des méchants. Apocalypse 14.6-12 contient un message urgent pour préparer les hommes et les femmes à la moisson finale de la terre. 

Lisez Apocalypse 14.6,7. Quelle est l'essence du message qui se trouve dans ces deux versets ? En quoi nous aident-ils à comprendre notre identité d'adventistes du septième jour? 

Le message du premier ange d'Apocalypse 14 lance un appel à la génération vivant au XXIe siècle qui aspire à trouver un sens à sa vie. Il présente l'évangile de la grâce de Dieu qui donne le pardon à tous. Il nous purifie de la culpabilité du péché et nous donne la puissance nécessaire pour devenir vainqueurs. Ce message donne la base de toute estime de soi dans le fait que Christ nous a créés et nous a rachetés. Il indique qu'un jour, toute injustice parviendra à son terme dans le jugement final de Dieu. C'est une nouvelle incroyablement bonne, car elle révèle que l'injustice ne durera pas toujours.

«En un sens tout particulier, les adventistes ont été suscités pour être des sentinelles et des porte-lumière. Le dernier avertissement pour un monde qui périt leur a été confié. La Parole de Dieu projette sur eux une lumière éclatante. Leur tâche est d'une importance capitale: la proclamation du message des trois anges. Aucune oeuvre ne peut lui être comparée. Rien ne doit en détourner notre attention.» Ellen G. White, Évangéliser, p. 115. En tant qu'église, mais plus important encore, en tant qu'individus, comment prendre ces paroles à cœur  ?