Leçon 3: Voir les autres avec le regard de Jésus

Étude de la semaine: Mc 8.22-26; Jn 4.3-34; Jn 1.40, 41; Mc 12.28-34; Lc 23.39-43; Ac 8.26-38.
Verset à mémoriser : Il leur dit: Venez à ma suite, et je vous ferai pêcheurs d'hommes (Matthieu 4.19.). 

Pour gagner des âmes, Jésus est le maitre. Quand nous observons la manière dont Jésus agissait avec les gens, nous apprenons comment amener d'autres personnes à une connaissance du salut à travers Jésus-Christ. Quand nous arpentons avec lui les rues bondées de Jérusalem, les chemins poussiéreux de Judée, et les collines herbeuses de Galilée, nous découvrons comment il révélait les principes du royaume aux âmes en recherche. 

Jésus considérait tous les hommes et les femmes comme des candidats potentiels pour son royaume. Il voyait chacun avec une compassion divine. Il vit Pierre, non pas comme un pêcheur fort en gueule un peu brutal, mais comme un puissant prédicateur de l'évangile. Il vit Jacques et Jean, non comme des radicaux impulsifs et fougueux, mais comme des proclamateurs enthousiastes de sa grâce. Il vit le désir ardent d'un amour et d'une acceptation authentiques dans le coeur de Marie de Magdala, de la femme samaritaine, et de la femme avec une perte de sang. Il vit Thomas, non comme un incrédule cynique, mais comme quelqu'un avec des questions sincères. Qu'ils fussent Juifs ou Gentils, hommes ou femmes, un malfaiteur sur la croix, un centurion, ou un fou possédé, Jésus vit en eux leur potentiel et les considéra avec un regard salvateur.

*Étudiez la leçon de cette semaine pour le sabbat 18 juillet. 

Dans toute la Bible, il n'y a qu'un seul miracle que Jésus a opéré en deux parties. C'est la guérison de l'aveugle de Bethsaïda. Ce récit donne des leçons intemporelles pour l'église de Christ aujourd'hui. Il illustre que le plan de Dieu est d'utiliser chaque croyant pour amener quelqu'un d'autre à Jésus. L'Écriture déclare: Ils arrivent à Bethsaïda; on lui amène un aveugle, et on le supplie de le toucher de la main (Mc 8.22). Les deux mots clé ici sont «amène» et «supplie.» l'aveugle n'est pas venu de son propre chef. Ses amis ont vu son besoin et l'ont amené. Il n'avait peut-être pas beaucoup de foi, mais eux si. Ils croyaient que Jésus guérirait la cécité de cet homme.

On compte environ 25 miracles de guérison différents accomplis par Jésus dans le Nouveau Testament. Dans plus de la moitié des cas, c'est un parent ou un ami qui amène l'individu à Jésus pour qu'il soit guéri. Beaucoup de gens ne viendront jamais à Jésus, sauf s'ils sont amenés à lui par quelqu'un qui a la foi. Notre rôle est d'être des intermédiaires et d'amener les gens à Jésus.

Le deuxième terme intéressant dans Marc 8.22 est « supplie. » Il peut vouloir dire « implorer, conjurer ou exhorter.» Il dénote un appel plus doux qu'une demande bruyante. Les amis de cet homme sollicitèrent doucement Jésus, croyant qu'il avait à la fois le souhait et la puissance d'aider cet homme. L'homme n'avait peut-être pas la foi que Jésus pouvait le guérir, mais ses amis, oui. Parfois, nous devons, sur les ailes de la foi, porter d'autres personnes à Jésus.

Lisez Marc 8.22-26. Selon vous, pourquoi Jésus a-t-il guéri l'aveugle en deux fois ? Quelles leçons cette histoire nous donne-t-elle, nous qui sommes des témoins pour Jésus aujourd'hui? 

Se pourrait-il que nous aussi, nous ne voyions pas les gens clairement ? Est-ce que nous ne les voyons pas parfois comme des «arbres qui marchent,» ayant des formes vagues, plutôt que comme des candidats pour le royaume de Dieu ? Selon vous, qu'est-ce qui nous amène à ne pas voir les gens clairement parfois ?

En-dehors de la leçon évidente sur la manière dont Dieu nous utilise pour atteindre les gens, que pouvons-nous apprendre d'autre de cette histoire? Que peut-elle nous apprendre, par exemple, sur la manière dont le médical et le spirituel peuvent tous deux avoir un rôle dans la guérison et le service auprès des perdus ? 

En leur montrant ce que signifiait voir chaque individu sous un nouveau jour, Jésus enseigna à ses disciples comment voir les gens à travers le regard divin. Sa vision des gens était radicale. Il les voyait, non tels qu'ils étaient, mais tels qu'ils pouvaient devenir. Dans toutes ses interactions, il traitait les personnes avec dignité et respect. Il surprenait souvent ses disciples par sa manière de considérer les personnes. C'est particulièrement vrai dans son échange avec la femme samaritaine.

La Bible intitulée "Archaeological Study Bible" fait cette observation intéressante sur les relations entre Juifs et Samaritains: «La rupture entre les Juifs et les Samaritains remonte à une période ancienne. Selon 2 Rois 17, les Samaritains étaient des descendants des peuples mésopotamiens qui avaient été contraints de s'installer dans les terres du nord d'Israël par le roi d'Assyrie suite à l'exil de 722 avant Jésus-Christ. Ils associaient le culte de Yahweh à des pratiques idolâtres.» The Archaeological Study Bible (Zondervan Publishing, 2005), p. 1727. En plus de ces pratiques idolâtres, ils établirent un sacerdoce rival et un temple rival sur le Mont Garizim. Vu ces différences théologiques avec les Samaritains, les disciples ont dû être déroutés quand Jésus choisit la route samaritaine pour aller en Galilée. Ils furent surpris que Jésus ne se laisse pas embarquer dans un débat religieux. Il en appela directement au besoin d'acceptation, d'amour et de pardon de la femme samaritaine.

Lisez Jean 4.3-34. Comment Jésus aborda-t-il la femme samaritaine ? Quelle fut la réaction de la femme suite à sa conversation avec Jésus ? Quelle fut la réaction des disciples à cette expérience, et comment Jésus a-t-il élargi leur vision? 

La leçon éternelle que Jésus désire enseigner à ses disciples et à chacun de nous est simple: «Ceux qui ont l'Esprit de Christ verront tous les hommes avec les yeux de la divine compassion.» Ellen G. White, The Signs of the Times, 20 juin 1892.

Quelles sont les personnes que vous avez tendance à considérer avec mépris, ou avec un manque de respect, à cause de l'influence de votre culture et de votre société? Pourquoi devez-vous changer d'attitude, et comment ce changement peut-il se produire ?

Quelqu'un a dit très justement: « Dans la vie, le seul point de départ, c'est là où nous sommes, car il n'y a pas d'autre endroit où commencer. » Jésus a mis en avant ce principe dans Actes 1.8, quand il déclare : Mais vous recevrez de la puissance quand l'Esprit saint viendra sur vous, et vous serez mes témoins à Jérusalem, dans toute la Judée et en Samarie, etjusqu'aux extrémités de la terre.

Le message de Jésus à ses disciples ne laissait pas de place au malentendu : commencez là où vous êtes. Témoignez là où Dieu vous a plantés. Plutôt que de rêver à de meilleures occasions, commencez par ceux qui vous entourent. Voyez avec le regard divin les possibilités les plus proches de vous!

Vous n'avez pas besoin d'être la personne la plus instruite au monde, la plus éloquente, la plus douée. Ces dons peuvent certes être utiles s'ils sont bien utilisés, mais au bout du compte, tout ce dont vous avez besoin, c'est de votre propre amour pour Dieu et votre amour pour les âmes. Si vous êtes disposés à témoigner, Dieu ouvrira la voie pour vous.

Lisez Jean 1.40, 41, Jean 6.5-11, et Jean 12.20-26. Que nous indiquent ces passages sur la vision spirituelle d'André et sur son approche du témoignage? 

L'expérience d'André en dit long. Il commença par sa famille. Il partagea d'abord Christ avec son frère Pierre. 11 développa une relation cordiale avec un petit garçon qui donna ensuite à Jésus la base nécessaire pour un miracle, et André sut exactement quoi faire avec les Grecs. Plutôt que de débattre théologie, il sentit leur besoin et les présenta à Jésus. 

L'art de gagner des âmes à Christ, c'est l'art de bâtir des relations bienveillantes et positives. Pensez aux personnes les plus proches de vous qui ne connaissent peut-être pas Jésus. Sentent-elles dans votre vie quelqu'un de compatissant et bienveillant? Voient-elles en vous la paix et la détermination après lesquelles elles soupirent? Votre vie est-elle une publicité pour l'évangile ? Nous nous faisons des amis pour Dieu en partageant Jésus. Ils deviennent des amis chrétiens, et finalement, tandis que nous partageons le message de la vérité biblique de Dieu pour la fin des temps, ils peuvent également devenir des chrétiens adventistes du septième jour.

Pourquoi cela peut-il être si difficile, parfois, d'amener les membres de notre famille à Christ? Avez-vous réussi à partager Jésus avec des membres de votre famille ou des amis proches ? Partagez tous les principes que la classe pourrait trouver utiles. 

Jésus était un maitre dans l'art de gérer les personnes difficiles. Par ses paroles et ses actes, il manifestait l'acceptation. Il écoutait avec sensibilité leurs préoccupations, posait des questions, et révélait peu à peu les vérités divines. Il reconnaissait la soif intérieure des coeurs les plus endurcis et voyait du potentiel chez les plus infâmes pécheurs. Pour Jésus, personne n'était hors de portée de l'évangile. Jésus croyait certainement que «Personne n'est si bas tombé, personne n'est si avili, qu'il ne puisse trouver en Christ sa délivrance. » Ellen G. White, Jésus-Christ, p. 242. Jésus avait sur les gens un regard différent de celui que nous portons. Il voyait en chaque être humain un reflet de la gloire de la Création originale. Il éveillait leur raisonnement pour qu'ils aient un aperçu de ce qu'ils pouvaient devenir, et beaucoup répondirent à ses attentes pour leur vie.

Lisez Matthieu 4.18, 19; Marc 12.28-34, et Luc 23.39-43. Qu'y a-t-il de similaire dans les appels que Christ lance à Pierre et Jean, un scribe anonyme curieux, et le malfaiteur sur la croix? Étudiez attentivement l'approche de Christ avec chacun d'entre eux. Qu'est-ce qui ressort pour vous? 

Partout où Jésus allait, il voyait des possibilités spirituelles. Il voyait des candidats potentiels pour le royaume de Dieu dans les circonstances les plus improbables. Nous appelons cette capacité «un regard sur la croissance de l'église.» Il s'agit d'une sensibilité cultivée à voir les gens comme Jésus les voyait, comme des candidats pour le royaume de Dieu. Cela implique également des «oreilles sur la croissance de l'église,» ce qui est lié au fait d'écouter les besoins non exprimés de ceux qui nous entourent. C'est lié au fait d'écouter le soupir de leur coeur pour quelque chose qui leur manque, même s'ils ne l'ont pas exprimé directement.

Demandez au Seigneur de vous rendre sensible au ministère du Saint-Esprit dans la vie des autres. Priez pour que Dieu vous donne le deuxième contact et vous ouvre les yeux sur les occasions spirituelles qu'il vous donne chaque jour pour que vous partagiez votre foi avec d'autres personnes. Recherchez Dieu pour qu'il vous accorde un oeil qui voit, un coeur sensible qui écoute, et un empressement à partager le Christ que vous connaissez et que vous aimez avec d'autres, et vous serez sur le chemin d'un voyage passionnant qui durera toute votre existence. La vie prendra un tout autre sens. Vous aurez un sentiment de satisfaction et de joie que vous n'aviez jamais connu auparavant. Seuls ceux qui travaillent en faveur des âmes savent la satisfaction que cela peut apporter. 

Le livre des Actes regorge de récits de la manière dont les disciples ont profité d'occasions providentielles pour l'avancement du royaume de Dieu. D'un bout à l'autre du livre, nous lisons des récits fascinants de l'église primitive et de la manière dont elle a grandi, malgré les difficultés qu'elle rencontrait, en son sein et à l'extérieur.

Dans 2 Corinthiens 2.12,13, par exemple, l'apôtre Paul raconte son expérience à Troas : Lorsque je suis arrivé à Troas pour la bonne nouvelle du Christ, bien qu'une porte m'y ait été ouverte, dans le Seigneur, mon esprit n'a pas eu de repos, parce que je n'ai pas trouvé Tite, mon frère; alors j'ai pris congé et je suis parti pour la Macédoine. Dieu avait miraculeusement ouvert une porte pour que Paul prêche l'évangile sur le continent européen, or ce dernier savait que les portes que Dieu ouvre aujourd'hui peuvent se refermer demain. Saisissant l'occasion et voyant les possibilités, il prit immédiatement le bateau pour la Macédoine.

Le Dieu du Nouveau Testament est le Dieu de la porte ouverte, le Dieu qui donne des occasions providentielles pour que nous partagions notre foi. Tout au long du livre des Actes, Dieu est à l'oeuvre. Des portes s'ouvrent dans les villes, dans les provinces, dans les campagnes, et surtout, dans les coeurs.

Lisez Actes 8.26-38. Qu'enseignent ces versets sur la réceptivité de Philippe à la direction de Dieu et sa réactivité face aux occasions divines? 

«Un ange conduisit Philippe vers celui qui cherchait la vérité, et qui était prêt à la recevoir. Aujourd'hui, les anges conduiront aussi les pas des serviteurs de Dieu; le Saint-Esprit sanctifiera leurs paroles, purifiera et ennoblira leurs coeurs. L'ange envoyé à Philippe aurait pu accomplir lui-même l'oeuvre du Christ chez l'Éthiopien; mais ce n'est pas ainsi que Dieu procède. Sa volonté est que les hommes collaborent au salut de leurs semblables. » Ellen G. White, Conquérants pacifiques, p. 96.

Avec des oreilles pour entendre et des yeux pour voir, nous aussi, nous pouvons être guidés par des anges invisibles afin d'atteindre les âmes en recherche avec les vérités du royaume.

Remarquez combien les Écritures sont centrales dans cette histoire. De plus, remarquez combien, à ce stade, il était important pour quelqu'un qui connaissait les Écritures de les expliquer. Quelles sont les leçons pour nous? 

Lisez Ellen G. White, «L'Évangile en Samarie,» pp. 91-98, dans Conquérants pacifiques.

Tout autour de nous, des gens recherchent les choses éternelles. Comme Jésus l'a dit très justement: La moisson est grande, mais il y a peu d'ouvriers (Mt 9.37). Le problème ne se situait pas au niveau de la moisson. De ses yeux divinement oints, Jésus voyait une moisson abondante, là où les disciples ne voyaient qu'opposition. Quelle était la solution de Christ au problème ? Priez donc le maitre de la moisson d'envoyer des ouvriers dans sa moisson (Mt 9.38). La solution est de prier pour que Dieu vous envoie dans sa moisson.

Pourquoi ne pas faire cette prière? «Seigneur, je suis disposé à me laisser employer pour l'avancement de ton royaume. Ouvre-moi les yeux pour que je puisse voir les occasions providentielles que tu ouvres devant moi chaque jour. Apprend-moi à être sensible à ceux qui m'entourent. Aide-moi à prononcer des paroles d'espérance et d'encouragement, et à partager ton amour et ta vérité avec ceux que je rencontre chaque jour.» Si vous faites cette prière, Dieu fera des choses extraordinaires de votre vie.

À MÉDITER

1-Si vous travaillez pour amener des âmes à Jésus, vous savez une chose: ce n'est pas toujours chose facile, n'est-ce pas ? Certes, seul Dieu peut convertir les coeurs, mais dans sa sagesse, il a choisi de nous employer pour faire partie de ce processus. Oeuvrer en faveur même d'une seule âme prend du temps, suppose des efforts, de la patience, et un amour né d'en haut. Quels choix pouvez-vous faire pour vous aider à mourir à vous-même, aspect nécessaire pour être un témoin efficace pour Christ? 

2- Quelles personnes dans votre entourage ne connaissent pas le Seigneur? Qu'avez-vous fait, ou que faites-vous, ou devriez faire, pour témoigner auprès d'elles? 

3- Pensez à Saul de Tarse. Voilà en apparence le converti le plus improbable que l'on pouvait imaginer ! Et pourtant, nous savons ce qui lui est arrivé. Qu'est-ce que cela devrait nous indiquer sur le danger que l'on court à vouloir juger trop rapidement les autres selon les apparences ? 

.4- gardant à l'esprit l'histoire de Saul, que faire d'un texte comme Matthieu 7.6: ne donnez pas ce qui est sacré aux chiens et ne jetez pas vos perles devant les cochons, de peur qu'ils ne les piétinent et ne se retournent contre vous pour vous lacérer?