Leçon 8: La création : La Genèse comme fondation, 1re partie

Lecture de la semaine :
Verset à mémoriser : 

Les premiers chapitres de la Genèse sont fondamentaux pour le reste des Écritures. Les principaux enseignements ou doctrines de la Bible trouvent leur source dans ces chapitres. Ici, nous trouvons la nature de la Divinité travaillant en harmonie en tant que Père, Fils (Jean 1:1-3, Heb. 1:1,2), et Saint Esprit (Genèse 1:2) pour créer le monde et tout ce qui s'y trouve, culminant à l'humanité (Genèse 1:26-28). La Genèse nous introduit aussi au sabbat (Genèse 2:1-3), à l'origine du mal (Genèse 3), au Messie et au plan de la rédemption (Genèse 3: 15), au déluge mondial et universel (Genèse 6-9), à l'alliance (Genèse 1:28; 2:2, 3, 15-17; 9:9-17; Genèse 15), à la dispersion des peuples à la naissance de différentes langues (Genèse 10, 11), et les généalogies qui fournissent le cadre de la chronologie biblique de la création jusqu'à Abraham (Genèse 5 et 11).

Enfin, la puissance de la Parole de Dieu (Gen. 1:3, 2 Tim. 3:16, Jean 17:17), la nature de l'humanité (Genèse 1:26-28), le caractère de Dieu (Matthieu 10:29,30), le mariage entre un homme et une femme (Genèse 1:27, 28; Genèse 2:18, 21-25), l'intendance de la terre et de ses ressources (Genèse 1:26; 2:15,19), et l'espérance promise d'une nouvelle création (Ésaïe 65:17, 66:22, Apo. 21:1) sont tous basés sur ces premiers chapitres, qui seront notre étude cette semaine et la semaine prochaine. 

Étudiez cette leçon pour le sabbat 23 mai. 

Lisez Genèse 1:1. Quelles vérités profondes sont révélées ici? 

La Bible s'ouvre sur les paroles les plus sublimes et les plus profondes, des paroles qui sont simples mais qui contiennent simultanément une profondeur sans mesure lorsqu'elles sont étudiées avec soin. En fait, les plus grandes questions philosophiques concernant qui nous sommes, pourquoi nous sommes ici, et comment nous sommes arrivés ici sont répondues par la première phrase de la Bible.

Nous existons parce que Dieu nous a créés à un moment précis dans le passé. Nous n'avons pas évolué à partir de rien; nous n'avons pas non plus vu le jour par hasard, sans but ultime et sans direction planifiée, comme l'enseigne aujourd'hui une bonne partie du modèle scientifique contemporain des origines. L'évolution darwinienne est contradictoire avec l'Écriture dans tous les sens, et les tentatives de certains de l'harmoniser avec la Bible rendent les chrétiens ridicules.

Nous avons également été créés par Dieu à un moment absolu: « au commencement ». Cela doit signifier que Dieu existait avant ce commencement. C'est-à-dire que Dieu existait avant que le temps ne soit créé et exprimé dans le cycle quotidien du « soir et du matin » et en mois et en années, tous marqués par la relation du monde au soleil et à la lune. Ce commencement absolu est repris et soutenu par d'autres passages de l'Écriture, qui réaffirment continuellement la nature et les moyens de l'oeuvre créatrice de Dieu (Jean 1:1-3). 

Lisez Jean 1:1-3 et Hébreux 1:1, 2. Qui était l'Agent de la création? Pensez à ce que cela signifie qu'Il soit aussi mort sur la croix? 

La Bible enseigne que Jésus était l'agent de la création. La Bible dit que « toutes choses ont été faites par Elle (la Parole), et rien de ce qui a été fait n'a été fait sans Elle » (Jean 1:3, LSG). Par Jésus « Il a aussi créé le monde » (Heb. 1:1, 2, LSG). Parce que toutes choses ont leur origine en Jésus au commencement, nous pouvons avoir l'espoir qu'à la fin. Il terminera ce qu'Il a commencé, parce qu'Il est l' « Alpha et l'Oméga », « le premier et le dernier » (Apo. 1:8, Apo. 22:13, LSG). 

Quelle différence cela fait-il de savoir que vous avez été créé par Dieu? Imaginez si vous ne le croyiez pas. Comment verriez-vous différemment les autres et vous-même, et pourquoi? 

Ces dernières années, il y a eu une tendance à considérer la semaine de la création comme non littérale, comme une métaphore, une parabole, voire un mythe. Cela s'est produit dans le sillage de la théorie de l'évolution, qui suppose qu'il y a longtemps, le temps a pris en compte le développement de la vie sur la planète terre.

Qu'enseigne la Bible à ce sujet? Pourquoi les « jours » de la création dans Genèse 1 doivent-ils être compris comme des jours littéraux et non symboliques? 

Lisez Genèse 1:3-5 et Exode 20:8-11. Comment le terme « jour » est-il utilisé dans ces contextes. 

Le mot hébreu yôm, ou « jour », est utilisé de façon cohérente tout au long du récit de la création pour une journée littérale. Rien dans le récit de la création de la Genèse n'indique qu'autre chose qu'un jour littéral a été signifié. En fait, certains érudits qui ne croient pas que les jours étaient littéraux, admettent néanmoins que l'intention de l'auteur était de décrire des jours littéraux. Il est intéressant de noter que Dieu Lui-même utilise ce nom pour désigner la première unité de temps (Genèse 1:5). Yôm, ou jour, est défini avec l'expression « Ainsi, il y eut un soir, et il y eut un matin » (Genèse 1:5, 8, etc., LSG). Le terme est utilisé au singulier, et non pas au pluriel, c'est-à-dire, un seul jour. Ainsi, les sept jours de la création doivent être compris comme une unité de temps complète, introduite par le nombre cardinal `echad (« un ») suivi des nombres ordinaux (deuxième, troisième, quatrième, etc.). Ce modèle indique une séquence consécutive de jours, culminant au septième jour. Rien n'indique dans l'utilisation des termes ou dans la forme narrative elle-même qu'il devrait y avoir des écarts entre ces jours. Les sept jours de la création sont, en effet, sept jours comme nous délimitons les jours d'aujourd'hui. En outre, la nature littérale de la journée est prise pour acquise quand Dieu a écrit avec Son propre doigt le quatrième commandement, indiquant que la base du sabbat du septième jour repose sur la séquence d'une semaine de création littérale de sept jours.

La création de la Genèse n'est pas la seule création dans la Bible. Il y a aussi la recréation, à la seconde venue, où Dieu transformera la mortalité en immortalité « en un instant, en un clin d'oeil, à la dernière trompette » (1 Cor 15:52, LSG). Cependant, si Dieu peut le faire instantanément à la recréation, pourquoi utiliserait-Il des milliards d'années pour la première création, comme l'évolution théiste l'enseigne. 

Aujourd'hui, le sabbat du septième jour est fortement attaqué dans la société laïque et dans les communautés religieuses. Ce fait peut être vu dans les programmes de travail des entreprises mondiales; dans la tentative de changement du calendrier dans de nombreux pays européens désignant le lundi comme le premier jour de la semaine et le dimanche comme le septième jour; et dans la récente encyclique pontificale sur le changement climatique qui appelle le sabbat du septième jour « le sabbat juif » et encourage le monde à observer un autre jour de repos pour atténuer le réchauffement climatique (Pape François, Laudato Si', Cité du Vatican: Vatican Press, 2015, pp. 172, 173). 

Lisez Genèse:1-3, Exode 20:8-11, Marc 2:27, et Apocalypse 14:7. Comment la compréhension de la semaine de la création est-elle liée au quatrième commandement? En quoi cela est-il lié aux messages des trois anges? 

La Bible dit: « Dieu acheva au septième jour Son oeuvre, qu'Il avait faite » (Genèse 2:2, LSG). Beaucoup de créationnistes soulignent aujourd'hui l'oeuvre de Dieu pendant les six jours de la création, mais ils négligent de reconnaître que l'oeuvre de Dieu ne s'est pas terminée le sixième jour. Son travail a pris fin quand Il a créé le jour du sabbat. C'est pourquoi Jésus peut dire: « Le sabbat a été fait pour l'homme, et non l'homme pour le sabbat » (Marc 2:27). Jésus pouvait faire cette déclara-tion faisant autorité parce qu'Il a fait ou créé le sabbat comme signe et sceau éternel de l'alliance de Dieu avec Son peuple. Le sabbat n'était pas seulement pour le peuple hébreu, mais pour toute l'humanité.

La Genèse indique trois choses que Jésus a faites après qu'Il ait créé le jour du sabbat. Tout d'abord, Il s'est « reposé » (Genèse 2:2), nous donnant un exemple divin de Son désir de se reposer avec nous. Deuxièmement, Il a « béni » le septième jour (Genèse 2:3). Dans le récit de la création, les animaux sont bénis (Genèse 1:22), et Adam et Ève sont bénis (Gen. 1:28), mais le seul jour spécifiquement béni est le septième jour. Troisièmement, Dieu l'a « sanctifié » (Genèse 2:3) ou « l'a rendu saint ».

Aucun autre jour dans la Bible ne reçoit ces trois désignations. Ces trois actions sont répétées dans le quatrième commandement où Dieu écrit avec Son propre doigt et montre la création comme fondement du sabbat (Exode. 20:11). 

Dans Apocalypse 14:7 et Exode 20:11, le commandement du sabbat est directement mentionné comme la base de l'adoration du Créateur. Comment ce lien direct avec le sabbat est-il lié aux évènements des derniers jours? 

 La dernière décennie a été marquée par d'énormes changements dans la façon dont la société et les gouvernements définissent le mariage. De nombreuses nations du monde ont approuvé les mariages entre personnes de même sexe, renversant les lois précé-dentes qui ont protégé la structure familiale qui comprend en son centre un homme et une femme. Il s'agit d'un développement sans précédent à bien des égards, et cela soulève de nouvelles questions sur l'institution du mariage, sa relation avec l'église et l'État, et aussi la sainteté du mariage et de la famille telle que définie dans l'Écriture. 

Lisez Genèse 1:26-28; et Genèse 2:18, 21-24. Qu'est-ce que ces textes nous enseignent sur l'idéal de Dieu pour le mariage? 

Le sixième jour, Dieu arrive au point culminant de la création, la création de l'humanité. Il est fascinant que le pluriel soit utilisé pour Dieu dans Genèse 1:26 pour la première fois: « Faisons l'homme à notre image ». Toutes les personnes de la divinité trinitaire dans une relation amoureuse créent la relation humaine du mariage sur la terre.

« Dieu créa l'homme à Son image, Il le créa à l'image de Dieu, Il créa l'homme et la femme » (Genèse 1:27, LSG). Adam déclare: « Voici cette fois celle qui est os de mes os et chair de ma chair! » (Genèse 2:23, LSG) et Adam l'appela « femme ». Le mariage exige que « l'homme quitte son père et sa mère, et s'attache à sa femme, et ils deviendront une seule chair » (Genèse 2:24, LSG).

L'Écriture est sans équivoque que cette relation doit avoir lieu entre un homme et une femme, eux-mêmes provenant de leur père et de leur mère, également un homme et une femme. Ce concept est encore clarifié dans l'instruction donnée aux premiers parents de la terre: « Dieu les bénit, et Dieu leur dit: « Soyez féconds, multipliez, remplissez la terre, et l'assujettissez» (Genèse 1:28, LSG). Dans le cinquième commandement, les enfants (descendants) doivent honorer leur père et leur mère (Exode 20:12). Cette interrelation ne peut se réaliser que dans le cadre d'un partenariat hétérosexuel. 

Lisez les paroles de Jésus dans Matthieu 19:3-6. Qu'est-ce qu'elles nous enseignent sur la nature et le caractère sacré du mariage? A la lumière des paroles de Jésus, et sans jamais oublier l'amour de Dieu pour toute l'humanité, et que nous sommes tous pécheurs, comment devrions-nous prendre une position ferme et fidèle sur les principes bibliques du mariage? 

La Bible fournit un lien ininterrompu entre la création parfaite, la chute, le Messie promis et la rédemption finale. Ces évènements majeurs deviennent la base du thème de l'histoire du salut pour la race humaine. 

Lisez Genèse 1:31, Genèse 2:15-17, et Genèse 3:1-7. Qu'est-il arrivé à la création parfaite de Dieu? 

Dieu a déclaré que Sa création est « très bonne » (Genèse 1:31). « La création était maintenant terminée... l'Éden avait fleuri sur terre. Adam et Ève avaient libre accès à l'arbre de vie. Aucune souillure du péché ou de l'ombre de la mort n'entachait la belle création » — Ellen G. White, Patriarches et Prophètes, p. 47. Dieu avait averti Adam et Ève que s'ils mangeaient de l'arbre interdit, ils mourraient surement (Genèse 2:15-17). Le serpent a commencé son discours par une question, puis a complètement contredit ce que Dieu avait dit: «Vous ne mourrez point» (Genèse 3:4). Satan a promis à Ève une grande connaissance et qu'elle serait comme Dieu. Manifestement, elle l'a cru. 

Lisez Romains 5:12 et Romains 6:23? Comment Paul confirme-t-il la déclaration de Dieu dans Genèse 2:15-17? Comment ces enseigne-ments rejettent-ils l'évolution théiste? 

Dans l'Écriture, nom pouvons voir où les auteurs bibliques ultérieurs ont confirmé des déclarations bibliques antérieures et fourni des informations supplémentaires. Dans Romains 5-8, Paul écrit sur le péché et la beauté du salut: « Comme par un seul homme le péché est entré dans le monde, et par le péché la mort, et qu'ainsi la mort s'est étendue sur tous les hommes» (Rom. 5: 12, LSG). Mais dans une perspective évolutive, la mort serait présente depuis des millions d'années avant l'humanité. L'idée d'une évolution théiste a de graves implications pour l'enseignement biblique de l'origine du péché, de la mort substitutive de Christ sur la croix, et du plan du salut. Si la mort n'est pas liée au péché, alors le salaire du péché n'est pas la mort (Rom. 6:23), et Christ n'aurait eu aucune raison de mourir pour nos péchés. Ainsi, la création, la chute et la croix sont inextricablement liées. Le premier Adam est lié au dernier Adam (1 Cor 15:45, 47). Une croyance à l'évolution darwinienne détruirait la base même du christianisme, même si un concept de Dieu est inséré dans le processus. 

Lisez Ellen G. White, « La création », pp. 44-51; «La semaine littérale », pp. 111-116, dans Patriarches et Prophètes.

«Les preuves cumulatives, fondées sur des considérations comparatives, littéraires, linguistiques et autres, convergent à tous les niveaux, ce qui conduit à la conclusion singulière que la désignation yôm, « jour », dans Genèse 1 signifie toujours une journée littérale de 24 heures.

« L'auteur de Genèse 1 n'aurait pas pu produire des moyens plus complets et inclusifs pour exprimer l'idée d'un « jour » littéral que ceux qui ont été choisis » — (traduit de Gerhard E Hasel, « The "Days" of Creation in Genesis 1: Literal "Days" or Figurative "Periods/Epochs" of Time? » Origines 21/1 [1994], pp. 30, 31.

« Les plus grands esprits, s'ils ne sont pas guidés par la Parole de Dieu, deviennent déconnectés dans leurs tentatives d'étudier les relations entre la science et la révélation. Le Créateur et Ses oeuvres sont au-delà de leur compréhension; et parce que cela ne peut pas être expliqué par des lois naturelles, l'histoire biblique est déclarée peu fiable » — (Traduit d'Ellen G. White, Testimonies for the Church, vol. 8, p. 258). 

DISCUSSION:

1) Regardez la citation d'Ellen G. White ci-dessus. Combien de fois, même aujourd'hui, voyons-nous exactement ce qu'elle a écrit, même parmi les chrétiens qui prendront automatiquement les prétentions de la science au détriment du récit biblique, ce qui, comme elle l'a écrit, impliquerait que l'histoire biblique « est peu fiable »? 

2) Pourquoi est-il impossible de prendre la Bible au sérieux tout en acceptant l'évolution théiste? Si vous connaissez un évolutionniste théiste qui prétend être chrétien, pourquoi ne pas lui demander d'expliquer la croix à la lumière de ce que Paul a écrit (voir Romains 5) sur le lien direct entre la chute d'Adam et la mort et la croix de Jésus? Quelle explication donne-t-il? 

3) Si la Bible est la révélation de Dieu, alors la foi et les yeux du croyant ne sont-ils pas ouverts à la plus grande réalité exprimée dans les Écritures? Comment les chrétiens peuvent-ils alors être taxés « d'esprit étroit » lorsqu'ils ouvrent leur esprit aux vérités scripturaires révélées par un Dieu infini? En fait, une vision athée et matérialiste du monde est beaucoup plus étroite que la vision chrétienne du monde. 

4)  En tant que croyants fidèles à la Parole de Dieu, comment pouvons-nous servir ceux qui sont aux prises avec des questions d'identité sexuelle? Pourquoi ne devons-nous pas être ceux qui jettent des pierres, même avec des gens qui, comme la femme adultère, sont coupables de péché?