Imprimer
Catégorie parente: Trimestre 2: Comment interpréter les Écritures
Catégorie : Leçon 7: Langues, textes et contexte

Les mots dans l'Écriture se trouvent toujours dans un contexte. Ils ne se tiennent pas seuls. Un mot a son contexte immédiat dans une phrase, et c'est cette unité qui doit être comprise en plumier. Ensuite, il y a le plus large contexte de l'unité globale dans laquelle la phrase se trouve. Il peut s'agir d'une section, d'un chapitre, ou d'une série de chapitres. Il est essentiel de comprendre autant que possible le contexte des mots et des phrases afin de ne pas arriver à des conclusions erronées.

Comparez Genèse 1:27 avec Genèse 2:7. Ensuite, lisez Genèse 2:15-23. Comment pouvons-nous comprendre à partir de ces différents passages et contextes la définition d'adam, le mot hébreu pour « homme »?

Nous avons déjà vu que la répétition du terme bars' dans Genèse 1:27 indique un accent sur la création de l'homme. Maintenant, nous voyons que l'homme est défini dans le contexte de ce verset comme «homme et femme ». Cela signifie que le terme hébreu pour adam doit être compris dans ce passage comme une référence générique au genre humain ou à l'humanité.

Cependant, dans Genèse 2:7, le même terme adam est utilisé pour dési-gner la formation d'Adam à partir de la poussière de la « terre» (en hébreu adamah, remarquez le jeu des mots). Ici, seul le mâle Adam est mentionné, car Ève n'est créée que plus tard et d'une toute autre manière. Ainsi, dans chaque passage, même dans le contexte de deux chapitres, nous voyons une différenciation entre la définition d'adam comme « humanité » (Genèse 1:27) et l'homme Adam (Genèse 2:7). Qu'Adam soit une personne est plus tard affirmé dans les généalogies (Genèse 5:1-5, 1 Chron. 1:1, Luc 3:38) et en référence à Jésus, qui devient le « deuxième Adam » (Rom. 5:12-14).

Tout comme le mot Adam se trouve dans un texte spécifique, le contexte de la création d'Adam et Ève se trouve dans le plus grand récit de la création tel que vu dans Genèse 1-2. C'est ce qu'on entend par une unité plus grande. L'unité informe l'interprète des thèmes, des idées, et des développements supplémentaires. Genèse 2:4-25 a parfois été appelé le deuxième récit de la création, mais en fait il n'y a qu'une différence sur l'importance (voir la semaine prochaine). Dans les deux récits, on nous montre les origines défi-nitives de l'humanité.

Comme nous pouvons le voir, l'homme et la femme, l'humanité, sont les créations directes de Dieu. Qu'est-ce que cela nous dit sur la folie de la « sagesse de ce monde » (1 Cor 1:20) qui nous enseigne que nous sommes nés d'un simple hasard?