Leçon 5: Par l’Écriture seule - Sola Scriptura

Lecture de la semaine: 1 Cor 4:1-6; Tite 1:9; 2 Tim. 1:13; Marc 12:10, 26; Luc 24:27, 44, 45; Ésaïe. 8:20
Verset à mémoriser: « Car la parole de Dieu est vivante et efficace, et plus tranchante qu'une épée quelconque à deux tranchants, pénétrante jusqu'à partager âme et esprit, jointures et moelles; elles jugent les sentiments et les pensées du cœur . » (Hébreux 4:12, LSG).

La revendication protestante de l'« Écriture seule » (sola Scriptura) a élevé l'Écriture comme la seule norme et source décisive de théologie. Contrairement à la théologie catholique romaine, qui mettait l'accent sur l'Écriture et la tradition, la foi protestante a mis l'accent sur le mot-clé « seul »; c'est-à-dire que l'Ecriture seule est l'autorité finale lorsque des questions de foi et de doctrine sont en jeu.

C'était la Bible qui a donné la force décisive et l'autorité à la réforme protestante et à sa révolte contre Rome et les erreurs qu'elle avait ensei-gnées pendant des siècles. Contre une interprétation allégorique de l'Écriture, où de nombreuses significations différentes étaient lues dans le texte biblique, les réformateurs protestants ont souligné l'importance d'une interprétation historico-grammaticale de la Bible, qui prenait au sérieux la grammaire et le sens littéral du texte biblique.

Cette semaine, nous allons examiner la Sola Scriptura plus en détails. Nous apprendrons que la Sola Scriptura implique quelques principes fondamentaux de l'interprétation biblique qui sont indispensables pour une bonne compréhension de la Parole de Dieu. En tant que protestants, nous devons maintenir la Bible comme l'autorité doctrinale ultime. 

* Étudiez cette leçon pour le sabbat 2 mai. 

La revendication protestante de l'« Écriture seule » (sola Scriptura) a élevé l'Écriture comme la seule norme et source décisive de théologie. Contrairement à la théologie catholique romaine, qui mettait l'accent sur l'Écriture et la tradition, la foi protestante a mis l'accent sur le mot-clé « seul »; c'est-à-dire que l'Ecriture seule est l'autorité finale lorsque des questions de foi et de doctrine sont en jeu.

C'était la Bible qui a donné la force décisive et l'autorité à la réforme protestante et à sa révolte contre Rome et les erreurs qu'elle avait ensei-gnées pendant des siècles. Contre une interprétation allégorique de l'Écriture, où de nombreuses significations différentes étaient lues dans le texte biblique, les réformateurs protestants ont souligné l'importance d'une interprétation historico-grammaticale de la Bible, qui prenait au sérieux la grammaire et le sens littéral du texte biblique.

Cette semaine, nous allons examiner la Sola Scriptura plus en détails. Nous apprendrons que la Sola Scriptura implique quelques principes fondamentaux de l'interprétation biblique qui sont indispensables pour une bonne compréhension de la Parole de Dieu. En tant que protestants, nous devons maintenir la Bible comme l'autorité doctrinale ultime. 

* Étudiez cette leçon pour le sabbat 2 mai. 

 

 

Depuis leurs débuts, les Adventistes du Septième Jour sont considérés comme le peuple du Livre, c'est-à-dire des chrétiens croyant à la Bible. Pour affirmer le principe de l'Écriture de Sola Scriptura (par l'Écriture seule), nous reconnaissons l'autorité unique de la Bible. L'Écriture seule est la norme dominante pour notre théologie et l'au-torité ultime pour la vie et la doctrine. D'autres sources, telles que l'expérience religieuse, la raison humaine ou la tradition, sont soumises à la Bible. En fait, le principe de sola Scriptura était destiné à protéger l'autorité de l'Écriture de la dépendance à l'égard de l'église et de son interprétation. Ce principe exclut toute norme d'interprétation externe à la Bible. 

Lisez 1 Corinthiens 4:1-6, en particulier le verset 6, dans lequel Paul dit que nous ne devrions pas aller « au-delà de ce qui est écrit ». Pourquoi ce point est-il si crucial pour notre foi? 

Ne pas aller au-delà de ce qui est écrit n'exclut pas les idées provenant d'autres domaines d'études, tels que l'archéologie ou l'histoire biblique. D'autres domaines peuvent faire la lumière sur certains aspects bibliques et le fond des passages scripturaires, et ils peuvent donc nous aider à mieux comprendre le texte biblique. Cela n'exclut non plus l'aide d'autres ressources dans la tâche d'interprétation, comme les terminologies, les dictionnaires, les concordances, et d'autres livres et commentaires. Cependant, dans l'interprétation appropriée de la Bible, le texte de l'Écriture a la priorité sur tous les autres aspects, les sciences, et les aides secondaires. D'autres points de vue doivent être évalués avec soin, du point de vue de l'Écriture dans son ensemble.

Ce que nous affirmons positivement lorsque nous pratiquons le principe de sols Scriptura est que si un conflit surgit dans l'interprétation de notre foi, alors l'Écriture seule porte l'autorité qui transcende et juge toute autre source ou tradition ecclésiastique. Nous ne devrions pas aller au-delà ou contre ce qui est écrit dans la Bible. Le vrai christianisme et la prédication convaincante de l'évanee dépendent d'un engagement ferme envers l'autorité de l'Écriture.

« L',Ecriture seule détient la vraie seigneurie et elle est la maitresse de tous les écrits et de toutes les doctrines sur la terre » — (traduit de Martin Luther, Luther's Works, vol. 32: Career of the Reformer II, ed. Jaroslav Jan Pelikan, Hilton C. Oswald, et Helmut T. Lehmann , vol. 32 [Philadelphie: Fortress Press, 1999], pp. 11, 12). 

Lisez Actes 17:10-11. Comment ces versets éclairent-ils ce dont nous parIons ici concernant la primauté de l'Écriture sainte?  

 La Bible elle-même affirme que « toute Écriture est inspirée de Dieu » et qu'« aucune prophétie de l'Écriture ne peut être un objet d'interprétation particulière », et que les hommes « poussés par le Saint-Esprit, ont parlé de la part de Dieu » (2 Pet. 1:20,21, LSG). Avec Dieu comme auteur ultime de la Bible, nous pouvons assumer une unité et une harmonie fondamentales entre les différentes parties de l'Écriture en ce qui concerne les thèmes clés qu'elle enseigne. 

Lisez Tite 1:9 et 2 Timothée 1:13. Pourquoi l'unité de la Bible est-elle importante pour notre croyance? 

Ce n'est que sur la base de son unité inteme, une unité qui est dérivée de son inspiration divine, que l'Écriture peut fonctionner comme son propre interprète. Si l'Écriture n'avait pas une unité globale dans ses enseigne-ments, il ne saurait y avoir d'harmonie dans la doctrine sur une question donnée. Sans l'unité de la Bible, l'église n'aurait aucun moyen de distinguer la vérité de l'erreur et de répudier l'hérésie. Elle n'aurait aucun fondement pour appliquer des mesures disciplinaires ou pour corriger des déviations de la vérité de Dieu. L'Écriture perdrait son pouvoir convaincant et libérateur. Jésus et les écrivains bibliques, cependant, assument l'unité de l'Écriture, qui est basée sur son origine divine. Nous pouvons le voir dans leur pratique courante de citer plusieurs livres de l'Ancien Testament comme ayant un poids égal et harmonieux (Rom. 3:10-18; ici Paul utilise des citations scripturaires d'Ecclésiaste 7:20, de Psaumes 14:2, 3; 5:9; 10:7 et Esaïe 59:7,8).

Les auteurs de la Bible considéraient l'Écriture comme un tout insépa-rable et cohérent dans lequel les thèmes majeurs sont bien développés. Il n'y a pas de discorde entre l'Ancien Testament et le Nouveau Testament Le Nouveau Testament ne contient pas un nouvel évangile ou une nouvelle religion. L'Ancien Testament se déploie dans le Nouveau Testament, et le Nouveau Testament s'appuie sur l'Ancien Testament. En tant que tels, les deux Testaments ont une relation réciproque dans laquelle ils s'éclairent mutuellement.

L'unité de l'Écriture implique également que toute l'Écriture (sols Scriptura) soit prise en considération lorsque nous étudions un sujet biblique, plutôt que de bâtir notre enseignement uniquement sur des déclarations isolées. 

Que faire lorsque nous rencontrons des textes ou des idées qui semblent contradictoires dans la Bible? Comment les résoudre? 

Tout appel à l'Écriture seule n'a guère de sens si le texte biblique est ambigu. 

Lisez Matthieu 21:42; Matthieu 12:3, 5; Matthieu 19:4; Matthieu 22:31; Marc 12:10, 26; Luc 6:3; Matthieu 24:15; et Marc 13:14. Qu'implique la référence répétée de Jésus à l'Écriture par rapport à la clarté de son message? 

Le témoignage biblique est sans ambiguïté: la Bible est suffisamment claire dans ce qu'elle enseigne. La Bible est si claire qu'elle peut être comprise par les enfants et par les adultes, en particulier dans ses ensei-gnements les plus élémentaires. Toutefois, il y a d'innombrables possibilités que nos connaissances et notre compréhension s'approfondissent. Nous n'avons pas besoin d'un Magistère ecclésiastique pour connaitre le sens de la Bible. Au contraire, ses enseignements de base peuvent être compris par tous les croyants. Elle assume le sacerdoce de tous les croyants plutôt que de limiter son interprétation à quelques privilégiés, comme le sacerdoce religieux. Par conséquent, nous sommes encouragés dans la Bible à étudier l'Écriture pour nous-mêmes parce que nous sommes capables de comprendre le message de Dieu pour nous. Il a été souligné à juste titre que « l'exemple cohérent des écrivains bibliques montre que les Écritures doivent être prises dans leur sens propre, littéralement, à moins qu'un symbolisme clair et évident soit prévu [...] Il n'y a pas de dépouillement de « l'enveloppe » du sens littéral pour arriver au « noyau » d'une signification mystique, cachée, allégorique, que seul l'initié peut découvrir » — (traduit de Handbook of Seventh-day Adventist Theology [Hagerstown, MD: Review and Herald Publishing Association, 2000], p. 65). Au contraire, la clarté de la Bible se rapporte à la langue, au sens et aux paroles de l'Écriture parce qu'il y a une vérité défmie voulue par les auteurs bibliques plutôt que des significations subjectives, non contrôlées et multiples du texte biblique.

Rien de tout cela ne signifie que nous ne trouverons pas, parfois, des textes et des idées que nous ne comprenons pas ou ne saisissons pas pleinement. Après tout, c'est la Parole de Dieu, et nous ne sommes que des êtres humains déchus. Néanmoins, la Parole de Dieu est suffisamment claire sur les choses que nous devons connaitre et comprendre, en particulier en ce qui concerne la question du salut. 

Pensez à une époque où vous n'avez pas compris certains textes, pour les faire clarifier plus tard. Qu'avez-vous appris de cette expérience qui pourrait peut-être aider d'autres personnes aux prises avec quelque chose de semblable? 

 Ce n'est que parce qu'il y a une unité sous-jacente de l'Écriture que la Bible peut fonctionner comme son propre interprète. Sans une telle unité, l'Écriture ne pourrait être la lumière qui révèle son propre sens, où une partie de l'Écriture interprète d'autres parties et devient ainsi la clé pour comprendre les passages connexes. 

Lisez Luc 24:27, 44, 45. Comment Jésus se réfère-t-Il aux Écritures pour expliquer qui Il est? Qu'est-ce que cela nous apprend sur la façon dont nous pouvons utiliser les Écritures? 

L'intérêt de laisser l'Écriture interpréter l'Écriture est qu'elle jette plus de lumière sur son propre sens. Ce faisant, nous n'enchainons pas indistinctement les différents passages pour prouver notre opinion. Au contraire, nous prenons soigneusement en considération le contexte de chaque passage. Outre le contexte immédiat avant et après un passage à l'étude, nous devrions prendre en considération le contexte du livre dans lequel le passage est trouvé. En outre, puisque selon Paul dans l'Écriture, « tout ce qui a été écrit d'avance l'a été pour notre instruction » (Rom. 15:4, LSG), nous devrions étudier tout ce que l'Écriture dit sur un sujet donné.

« La Bible est son propre exposant. L'Écriture  doit être comparée à l'Écriture. L'étudiant  doit apprendre à voir la parole dans son ensemble, et à voir la relation de ses parties. Il doit acquérir une connaissance de son grand thème central, du dessein originel de Dieu pour le monde, de la montée du grand conflit, et de l'ceuvre de rédemption» — Ellen G. White, Education, p. 190.

Lorsque nous comparons l'Écriture à l'Écriture, il est important d'étudier la Bible à fond. Si possible, nous devrions le faire dans ses langues d'origine, ou du moins avec une traduction biblique appropriée, fidèle à la signification contenue dans l'hébreu et le grec d'origine. Bien que la connaissance des langues originales ne soit pas nécessaire pour avoir une bonne compréhension de la Bible, cela aide certainement. Toutefois, l'étude fidèle de la Parole, avec une attitude d'humilité et de soumission, portera surement de grands fruits. 

Pensez à une doctrine, comme l'état des morts, pour laquelle se concentrer sur quelques passages choisis pourrait conduire à l'erreur si d'autres passages sont ignorés. Qu'est-ce que cela nous dit sur l'importance de rassembler et de lire tout ce que la Bible dit sur un sujet afin de mieux comprendre ce qu'elle enseigne? 

 

 

Lisez Ésaïe 8:20. Pourquoi est-il toujours important de se référer à la « loi et au témoignage » bibliques comme normes pour notre enseignement et notre doctrine? Qu'est-ce que cela signifie pour le ministère des prophètes qui ne font pas partie du canon biblique? 

Lorsque nous parlons de Sola Scriptura (Écriture seule), les Adventistes du Septième Jour sont inévitablement confrontés à la question de savoir que faire d'Ellen G. White, qui a également été inspirée par Dieu et servi de messagère de Dieu à Son peuple du reste. Quelle est la relation entre ses écrits et les Écritures?

Même une lecture superficielle des écrits d'Ellen White montre clairement que pour elle, la Bible était fondamentale et centrale dans toute sa pensée et sa théologie. En fait, elle a affirmé à plusieurs reprises que la Bible est la plus haute autorité, et la norme et le standard ultime pour toutes les doctrines, la foi et la pratique (voir La tragédie des siècles, p. 595). De plus, elle a clairement soutenu et défendu le grand principe protestant de Sola Scriptura (voir La tragédie des siècles, pp. ix).

De l'avis d'Ellen G. White, ses écrits, comparés aux Écritures, étaient une « petite lumière pour conduire les hommes et les femmes à une plus grande lumière », la Bible (The Advent Review and Sabbath Herald, 20 jan 1903). Ses écrits ne sont jamais un raccourci ou un remplacement pour toute étude biblique sérieuse. En fait, elle commente: « Les saintes Écritures ne vous sont pas familières. Si vous aviez fait de la Parole de Dieu votre étude avec le désir d'atteindre l'idéal biblique et la perfection chrétienne, vous n'auriez pas eu besoin des Témoignages. C'est parce que vous avez négligé d'étudier les Écritures que Dieu a cherché à vous atteindre par des Témoignages simples et directs, attirant votre attention sur les paroles inspirees auxquelles vous n'avez pas obéi et vous exhortant à accorder vos vies avec ses enseignements purs et élevés » — Ellen G. White, Témoignages pour l'église, vol. 2, pp. 329-330.

En tant que tels, ses écrits sont à apprécier. Ils partagent le même genre d'inspiration que les écrivains bibliques avaient, mais ils ont une fonction différente de celle de la Bible. Ses écrits ne sont pas un ajout à l'Écriture, mais sont soumis à l'Écriture sainte. Elle n'a jamais voulu que ses écrits prennent la place de l'Écriture; au contraire, elle a élevé la Bible comme la seule norme de foi et de pratique. 

Pensez à l'incroyable don que nous avons reçu grâce au ministère d'Ellen G. White. Comment pouvons-nous apprendre à mieux apprécier la lumière qui vient d'elle tout en maintenant la suprématie de l'Ecriture?

 

Dans le chapitre sur l'interprétation biblique dans The Handbook of Seventh-day Adventists Theology, lisez les sections sur l'analogie de l'Écriture, la cohérence et la clarté de l'Écriture, « Scripture Is Its Own Interpreter », pp. 64-66. Lisez le cha-pitre 20, « Enseignement et étude de la Bible », dans le livre Éducation, chap. 20; « The Primacy of the Word » dans Selected Messages, vol. 3, pp. 29-33.

« Celui qui étudie la Bible doit l'approcher avec un esprit toujours disposé à apprendre. Nous ne cherchons pas dans ses pages de quoi étayer nos opinions, mais la Parole de Dieu. Une véritable connaissance de la Bible ne peut être acquise qu'avec l'aide de l'Esprit qui l'a don-née. Pour atteindre cette connaissance nous devons en vivre. Ce que Dieu nous commande, nous devons l'accomplir. Ce qu'il nous promet, nous pouvons le demander. Notre vie doit être celle que la Parole nous enjoint de vivre, par sa puissance. C'est ainsi seulement que nous pour-rons étudier la Bible utilement. Cette étude nous demande des efforts assidus et persévérants. Comme le mineur creuse la terre pour trouver de l'or, avec ardeur et obstination, nous devons chercher le trésor de la Parole de Dieu » — Ellen G. White, Éducation, pp. 155, 156.

« Quand vous ferez de la Bible votre nourriture, votre viande et votre boisson, quand vous ferez de ses principes les éléments de votre caractère, vous saurez mieux comment recevoir des conseils de Dieu. J'exalte la parole précieuse devant vous aujourd'hui. Ne répétez pas ce que j'ai dit en disant: "Soeur White a dit ceci" et "Soeur White a dit cela". Découvrez ce que dit le Seigneur Dieu d'Israël, puis faites ce qu'Il commande » — Ellen G. White, Selected Messages, vol. 3, p. 33. 

Discussion: 

1)  Quelles croyances erronées les gens ont-ils parce qu'ils n'ont lu que quelques textes choisis au lieu de tout ce que la Bible dit sur un sujet?

2) Dans Matthieu 11:11, Jésus dit de Jean-Baptiste: «Je vous le dis en vérité, parmi ceux qui sont nés de femmes, il n'en a point paru de plus grand que Jean-Baptiste. Cependant, le plus petit dans le royaume des cieux est plus grand que lui » (LSG). Jésus parle ici d'un prophète qui n'a pas d'écrits dans la Bible, et pourtant, Il dit de telles choses à son sujet. Qu'est-ce que cela devrait nous dire sur pourquoi un vrai prophète n'a pas besoin d'avoir un livre dans la Bible et peut encore être un vrai prophète? Quel message les Adventistes du Septième Jour peuvent-ils tirer de ce fait?

3) En tant qu'Adventistes, nous ne sommes pas les seuls à revendiquer la Bible comme notre autorité finale. D'autres églises le font aussi. Comment, alors, expliquer les doctrines contradictoires que d'autres chrétiens affirment trouver dans la Bible?