Leçon 3: Comment Jésus et les apôtres voyaient la Bible

Lecture de la semaine: Matt. 4:1-11; Matt. 22:37-40; Luc 24:13-35, 44, 45; Luc 4:25-27; Actes 4:24-26. 

Verset à mémoriser: «Jésus répondit: «Il est écrit: « L'homme ne vivra pas de pain seulement, mais de toute parole qui sort de la bouche de Dieu » (Matthieu 4:4 LSG). 

 

Malheureusement, en cette ère postmoderne, la Bible a largement été réinterprétée sous l'optique d'une philosophie qui remet en cause son inspiration et son autorité. En fait, la Bible est simplement considérée comme véhiculant des idées des humains vivant dans une culture relativement primitive, qui ne pouvaient pas comprendre le monde comme nous le faisons aujourd'hui. Dans le même temps, l'élément surnaturel a été soit minimisé, soit même retiré de l'image, transformant la Bible en un document, qui, au lieu d'être la vision de Dieu de l'homme, est devenue la vision de l'homme de Dieu. Et le résultat est que, pour beaucoup, la Bible n'a largement plus d'importance à une époque de pensée darwinienne et de philosophie moderne.

Cependant, nous rejetons complètement cette position. Au contraire, dans le Nouveau Testament, nous pouvons voir comment l'Écriture est inspirée en étudiant la façon dont Jésus et les apôtres ont compris l'Ancien Testament, la seule Bible qu'ils avaient à cette époque. Comment se rapportaient-ils aux personnes, aux lieux et aux évènements décrits? Quelles étaient leurs hypothèses et leurs méthodes d'interprétation subséquentes? Suivons-les et leur compréhension, plutôt que les idées fausses des humains sans inspiration dont les suppositions ne conduisent qu'au scepticisme et au doute en la parole de Dieu. 

* Étudiez cette leçon pour le sabbat 18 avril.

Le baptême de Jésus par Jean-Baptiste a marqué le début du ministère du Sauveur. Après cela, Jésus fut conduit par l'Esprit dans le désert de Judée, où, dans sa condition humaine la plus faible, Il fut tenté par Satan. 

Lisez Matthieu 4:1-11. Comment Jésus se défend-Il contre les tentations de Satan dans le désert? Que devrions-nous apprendre sur la Bible à partir de ce récit? 

Tenté par l'appétit, Jésus a répondu: « Il est écrit: L'homme ne vivra pas de pain seulement, mais de toute parole qui sort de la bouche de Dieu» (Matthieu 4:4, LSG). Jésus nous renvoie à la Parole vivante et à sa source divine ultime. De cette façon, Il affirme l'autorité de l'Écriture. Lorsqu'il fut tenté par les royaumes et la gloire du monde, Jésus répondit: « Il est écrit: tu adoreras le Seigneur, ton Dieu, et tu Le serviras Lui seul » (Matthieu 4: 10, Luc 4:8, LSG). Christ nous rappelle que la vraie adoration est centrée sur Dieu et sur personne d'autre, et que la soumission à Sa Parole est la vraie adoration. Enfin, avec la tentation de l'amour de la popularité et de la présomption, Jésus répondit: « Il est aussi écrit: tu ne tenteras point le Seigneur, ton Dieu» (Matthieu 4:7, LSG; aussi Luc 4:12).

 Dans les trois tentations, Jésus a répondu par les mots « Il est écrit ». C'est-à-dire, Jésus va droit à la parole de Dieu et rien d'autre pour faire face aux attaques et aux tromperies de Satan. Cela devrait être une leçon puissante pour chacun d'entre nous: la Bible, et la Bible seule, est la norme ultime et le fondement de notre croyance.

 Oui, la Bible et la Bible seule était le moyen de défense de Jésus contre lesattaques de l'adversaire. Jésus est Dieu, mais dans Sa défense contre Satan, Il se soumet uniquement à la parole de Dieu. 

Ce n'est pas une opinion; ce n'est pas un argument élaboré et alambiqué; ce n'est pas avec des paroles d'animosité personnelle c'est plutôt des paroles simples mais profondes de l'Écriture. Pour Christ, l'Écriture a la plus grande autorité et la plus grande puissance. De cette façon, Son ministère commence avec une fondation sure et Il continue à s'appuyer sur la fiabilité de la Bible. 

Comment pouvons-nous apprendre à être aussi dépendants de la Parole de Dieu, et aussi soumis à elle? 

 Lisez Matthieu 5:17-20; Matthieu 22:29; et Matthieu 23:2,3. Que dit Jésus dans ces contextes? 

Jésus enseigna à Ses disciples l'obéissance à la parole de Dieu et à la loi. Il ne doute jamais de l'autorité ou de la pertinence de l'Écriture. Au contraire, 

Il se référait constamment à la parole de Dieu comme étant la source de l'autorité divine. Et aux Sadducéens II dit: « Vous êtes dans l'erreur, parce que vous ne comprenez ni les Écritures, ni la puissance de Dieu» (Matthieu 22:29, LSG). Jésus a enseigné qu'une simple connaissance intellectuelle de la Bible et de ses enseignements était insuffisante pour connaitre la vérité, et plus important encore, pour connaitre le Seigneur, qui est cette vérité. 

Que nous dit Matthieu 22:37- 40 au sujet de la vision de Jésus sur la loi de Moïse? 

Dans cette déclaration au docteur de la loi, Jésus résume les dix commandements, donnés à Moïse près de 1500 ans plus tôt. Il faut noter comment Jésus se concentre sur la loi de l'Ancien Testament et l'élève au plus haut niveau. Beaucoup de chrétiens ont conclu à tort qu'ici un nouveau commandement fut donné, et donc, en quelque sorte, la loi de l'Ancien Testament est maintenant remplacée par l'évangile du Nouveau Testament. Mais le fait est que ce que Jésus enseigne est basé sur la loi de l'Ancien Testament. Christ avait dévoilé et révélé la loi plus pleinement de sorte que « de ces deux commandements » (résumant les dix commandements, dont les quatre premiers se concentrent sur la relation divino-humaine, et les six autres se concentrent sur les relations interpersonnelles humaines) dépendent toute la loi et les prophètes » (Matthieu 22:40, LSG). De cette façon, Jésus élève aussi tout l'Ancien Testament quand Il dit, « la loi et les 

prophètes », car c'est une façon raccourcie de se référer à la loi, aux prophètes et aux écrits, ou aux trois divisions de l'Ancien Testament. 

« Christ a indiqué que les Écritures étaient d'une autorité incontestable, et nous devrions faire de même. La Bible doit être présentée comme la parole du Dieu infini, comme la fin de toute controverse et le fondement de toute foi» — (Traduit d'Ellen G. White, Christs Object Lessons, pp. 39, 40). 

Quelles sources d'autorités concurrentielles (famille, philosophie, culture), le cas échéant, pourraient être opposées à votre soumission à la parole de Dieu? 

Lisez Luc 24:13-35, 44, 45. Comment Jésus utilise-t-Il les Écritures pour enseigner le message de l'évangile aux disciples? 

Après la mort de Christ, Ses disciples étaient confus. Comment cela a-t-il pu arriver? Qu'est-ce que cela voulait dire? Dans ce chapitre de Luc, nous voyons que Jésus leur apparait deux fois, d'abord à deux qui sont sur la route d'Emmaüs, puis à d'autres plus tard. À deux occasions distinctes, Jésus explique comment tout s'est accompli à partir des prophéties de l'Ancien Testament: « Et, commençant par Moïse et par tous les prophètes, Il leur expliqua dans toutes les Écritures ce qui Le concernait» (Luc 24:27, LSG). 

Encore une fois dans Luc 24:44, 45, Il dit: «C'est là ce que Je vous disais... qu'il fallait que s'accomplît tout ce qui est écrit de Moi dans la loi de Moïse, dans les prophètes, et dans les psaumes » (LSG). Alors Jésus « leur ouvrit l'esprit, afin qu'ils compriment les Écritures» (LSG). 

Notez la référence précise dans Luc 24:27 à « toutes les Écritures ». Cela est souligné de nouveau dam le deuxième passage comme la « loi de Moïse et des prophètes et les psaumes » (Luc 24:44, LSG). Cela établit clairement que Jésus, la Parole faite chair (Jean 1:1-3, 14), s'appuie sur l'autorité de l'Écriture pour expliquer comment ces choses ont été prédites des centaines d'années plus tôt. En se référant à la totalité de l'Écriture, Jésus enseigne aux disciples par l'exemple. Alors qu'ils allaient diffuser le message de l'évangile, eux aussi devaient exposer toute l'Écriture pour apporter la compréhension et la puissance aux nouveaux convertis dans le monde entier. 

Remarquez aussi comment, dans Matthieu 28:18-20, Jésus dit à Ses disciples (et à nous aujourd'hui) que «toute autorité M'a été donnée dans le ciel et sur la terre » (Mat 28:18 DRB). Mais cette puissance reste enracinée en Son Père et en toute la Divinité entière, car II leur dit: «Allez, faites de toutes les nations des disciples, les baptisant au nom du Père, du Fils et du Saint-Esprit » (LSG). Ensuite vient le passage clé: « Enseignez-leur à observer tout ce que Je vous ai prescrit» (LSG). Que commande Jésus? Ses enseignements sont basés sur l'ensemble de l'Ecriture. C'est par l'autorité prophétique de la Parole qu'Il est venu, et c'est dans l'accomplissement des prophéties de l'Écriture qu'Il s'est soumis à Son Père. 

Si Jésus accepte toute l'Écriture, pourquoi devons-nous faire de même? Encore une, fois, comment pouvons-nous apprendre à accepter l'autorité de toute l'Ecriture, même lorsque nous nous rendons compte que tout ne s'applique pas nécessairement à nous aujourd'hui? Apportez votre réponse en classe le jour du sabbat. 

Jésus a enseigné que la Bible est la Parole de Dieu dans le sens où ce qu'elle dit correspond à ce que Dieu dit. Son origine se trouve en Dieu, et par conséquent, elle contient l'autorité ultime pour chaque aspect de la vie. Dieu a travaillé à travers l'histoire pour révéler Sa volonté à l'humanité à travers la Bible.

 Par exemple, dans Matthieu 19:4, 5 (LSG), Jésus se réfere à une citation écrite par Moïse. Mais Jésus prend ce passage et dit « Le Créateur, au commencement, fit l'homme et la femme... et dit « c'est pourquoi l'homme quittera son père et sa mère ». Au lieu de dire « l'Écriture dit », Jésus dit: « Le Créateur, au commencement, fit l'homme et la femme... et dit », attribuant au Créateur ce que le narrateur de la Genèse a écrit Dieu est, en fait, considéré ici comme l'auteur de cette déclaration, même si elle a été écrite par Moïse. 

Lisez les passages suivants. Comment Jésus a-t-il compris les personnes historiques et les évènements de la Bible? 

Matt. 12:3, 4 ........................................................................................................................................................................................

Marc 10:6-8 ........................................................................................................................................................................................

Luc 4:25-27 ..........................................................................................................................................................................................

Luc 11:51  ............................................................................................................................................................................................

Matt. 24:38  ..........................................................................................................................................................................................

Jésus traite constamment les gens, les lieux et les évènements de l'Ancien Testament comme une vérité historique. Il se léfere à Genèse 1 et 2, Abel dans Genèse 4, David mangeant le pain de proposition, et Élisée parmi d'autres figures historiques. Il parle à plusieurs reprises des souffrances des prophètes d'autrefois (Matthieu 5:12, Matt 13:57, Matt. 23:34-36, Marc 6:4). Dans un message d'avertissement, Jésus décrit également les jours de Noé: « Les hommes mangeaient et buvaient, se mariaient et mariaient leurs fils, jusqu'au jour où Noé entra dans l'arche, et ils ne se doutèrent de rien, jusqu'à ce que le déluge vînt et les emportât tous, il en sera de même à l'avènement du Fils de l'Homme » (Matt. 24:38,39, LSG). Tout indique que Jésus faisait référence à cet acte puissant du jugement de Dieu comme un évènement historique. 

Puisque Jésus Lui-même se réfere à ces gens historiques comme réels, qu'est-ce que cela nous dit sur la puissance des tromperies de Satan que beaucoup de gens aujourd'hui, même les chrétiens déclarés, nient souvent leur existence? Pourquoi ne devons-nous jamais tomber dans ce piège?  

Les écrivains du Nouveau Testament abordent la Bible de la même manière que Jésus. En matière de doctrine, d'éthique et d'accomplissement prophétique, l'Ancien Testament était pour eux, la Parole de Dieu faisant autorité. Nous ne trouvons rien, nulle part, dans ce que ces hommes disent ou font qui conteste l'autorité ou l'authenticité d'une partie quelconque de la Bible. 

Qu'est-ce que les passages ci-dessous nous enseignent sur la façon dont les apôtres ont compris l'autorité de la Parole de Dieu? Actes 4:24-26  Actes 13:32-36  Rom. 9:17  Gal. 3:8  

Remarquez dans ces passages à quel point les Écritures sont étroitement liées à la voix de Dieu Lui-même. Dans Actes 4, juste avant d'être remplis du Saint-Esprit, les disciples louent Dieu pour la délivrance de Pierre et de Jean. Dam leur louange, ils élèvent la voix, reconnaissant Dieu comme le Créateur et pour avoir parlé à travers David Son serviteur. C'est-à-dire que les paroles de David sont les paroles de Dieu.

Dans Actes 13:32-36, David est cité à nouveau par Paul, mais ses paroles sont attribuées à Dieu, car le verset 32 dit: «Nous vous annonçons cette bonne nouvelle que la promesse faite à nos pères » (LSG). Dans Romains 9:17, où l'on s'attendrait à ce que Dieu soit le sujet, Paul utilise le terme « Écriture », en disant: « Car l'Écriture dit à Pharaon » (LSG), qui pourrait effectivement être exprimé en ces termes, « Car Dieu dit à Pharaon ». Dans Galates 3:8, le sujet « Écriture » est utilisé à la place de « Dieu », montrant à quel point la Parole de Dieu est étroitement liée à Dieu Lui-même.

En fait, les écrivains du Nouveau Testament s'appuient uniformément sur l'Ancien Testament comme la Parole de Dieu. Il y a des centaines de citations dans le Nouveau Testament et de l'Ancien Testament. Un érudit a compilé une liste de 2688 références précises, 400 dans Ésaïe, 370 dans les Psaumes, 220 dans Exode, et ainsi de suite. Si l'on ajoutait à cette liste des allusions, des thèmes, et des motifs, le nombre augmenterait considérablement. Les livres regorgent de références aux prophéties de l'Ancien Testament qui sont souvent introduites par l'expression, « il est écrit » (Matthieu 2:5, Marc 1:2, 7:6, Luc 2:23, 3:4, Rom. 3:4, 8:36, 9::33,1 Cor 1:19, Gal. 4:27, I Pie. 1:16). Tout cela confirme que les Écritures de l'Ancien Testament sont le fondement sur lequel reposent les enseignements de Jésus et des apôtres. 

Que devraient nous apprendre ces exemples sur la dangero-sité des idées qui réduiraient notre confiance en l'autorité des Écritures? 

 Lisez Ellen G. White, «L'enfance de Jésus », chap. 7, et « La tentation », chap. 12 dans Jésus-Christ. 

« Les hommes se considèrent plus sages que la parole de Dieu, même plus sages que Dieu; et au lieu de planter leurs pieds sur les fondations inébranlables, et de tout mettre à l'épreuve de la parole de Dieu, ils testent cette parole par leurs propres idées de la science et de la nature, et si elle semble ne pas être d'accord avec leurs idées scientifiques, elle est rejetée comme une foi indigne » — (traduit d'Ellen G. White, Signs of the Times, 27 mars 1884, p. 1). 

« Ceux qui connaissent le mieux la sagesse et les desseins de Dieu, tels que révélés dans Sa parole, deviennent des hommes et des femmes de force mentale; et ils peuvent devenir des ouvriers efficaces avec le grand Éducateur, Jésus-Christ... Christ a donné à Son peuple les paroles de vérité, et tous sont appelés à agir pour les faire connaitre au monde... Il n'y a pas de sanctification à part la vérité, la Parole. Alors, il est donc essentiel que tout le monde comprenne cela » — (Traduit d'Ellen G. White, Fundamentals of Christian Education, p. 432). 

Discussion: 

1) Si Jésus, les écrivains de l'évangile et Paul traitaient les Écritures de l'Ancien Testament comme la Parole de Dieu, qu'est-ce que cela devrait nous dire sur les raisons pour lesquelles beaucoup des vues modernes de l'Écriture aujourd'hui sont fausses, et pourquoi nous ne devrions pas tomber dans ces arguments, peu importe celui qui les enseigne? 

2) Juste pour donner aux gens une idée de l'endroit où beaucoup d'érudits bibliques modernes sont allés avec leur scepticisme, voici quelques éléments que ces érudits modernes nient. Ils rejettent une création littérale en six jours, acceptant plutôt des milliards d'années d'évolution. Ils rejettent un Adam sans péché dans un monde sans péché. Ils rejettent une inondation universelle dans le monde entier. Certains rejettent l'existence littérale d'Abraham. Certains rejettent l'histoire de l'exode. Certains rejettent les miracles de Jésus, y compris même Sa résurrection corporelle. Certains rejettent cette idée de prophétie prédictive, dans laquelle les prophètes disent l'avenir, parfois des siècles, voire des millénaires à l'avance. Que doivent nous dire ces conclusions sur ce qui se passe lorsque les gens commencent à douter de l'autorité et de l'authenticité de l'Écriture? En outre, quels sont les moyens pour aider ces personnes à parvenir à une compréhension claire de la vérité? 

3) En réponse à la question à la fin de l'étude de mardi, comment comprenons-nous la façon dont toute l'Écriture est inspirée, même les parties qui ne sont pas nécessairement applicables à nous aujourd'hui?