Lisez Daniel 6.24-28. Quel témoignage le roi rend-il sur Dieu?

Point important du récit : Darius loue Dieu et reconnait la souveraineté de Dieu. C'est un aboutissement, l'apogée même, des louanges et des expressions de reconnaissance offertes à Dieu dans les chapitres précédents (Dn 2.20-23; Dn 3.28,29; Dn 4.1-3, 34-37). À l'instar de Nabuchodonosor, Darius réagit à la délivrance de Daniel en louant Dieu. Mais il fait plus : il revient sur le précédent décret et ordonne à tous d'avoir de la crainte et du respect devant le Dieu de Daniel (Dn 6.26).

Oui, Daniel est sauvé miraculeusement, sa fidélité est récompensée, le mal puni, et l'honneur et la puissance de Dieu réhabilités. Mais ce à quoi nous assistons ici est une illustration de ce qui arrivera à l'échelle universelle: le peuple de Dieu sera délivré, le mal puni, et le Seigneur réhabilité devant le cosmos.

Lisez Daniel 6.24. Que pouvons-nous trouver de plutôt problématique dans ce verset, et pourquoi?

Il y a cependant un problème troublant. Il s'agit des épouses et des enfants qui, pour autant qu'on sache, sont innocents, et qui pourtant subissent le même sort que les coupables. Comment expliquer ce qui semble une mauvaise gestion de la justice?

D'abord, nous devons faire remarquer que l'action est décidée et exécutée par le roi suivant la loi perse, qui inclut la famille dans le châtiment du coupable. D'après un ancien principe, toute la famille porte la responsabilité de la faute d'un membre de la famille. Cela ne veut pas dire que c'est juste. Cela veut simplement dire que ce récit correspond à ce que nous savons de la loi des Perses.

Ensuite, le récit biblique rapporte l'événement sans pour autant cautionner l'action du roi. En fait, la Bible interdit explicitement de mettre à mort les enfants à cause des péchés de leurs parents (Dt 24.16).

Face à des injustices comme celle-là et tant d'autres, quel réconfort peut-on tirer de textes comme 1 Corinthiens 4.5? Que dit-il, et pourquoi le point qu'il soulève est-il si important?