Malgré l'avertissement à se repentir et à rechercher le pardon de Dieu, l'orgueil tenace de Nabuchodonosor entraine l'exécution du décret céleste (Dn 4.25-30). Tandis que le roi parcourt son palais et se glorifie de ce qu'il a accompli, il est affligé d'une maladie mentale qui provoque son expulsion du palais royal. Il a peut-être souffert d'une maladie psychiatrique appelée lycanthropie clinique, ou zoopathie. Une telle maladie pousse le patient à agir comme un animal. Aujourd'hui, nous appelons cette maladie « dysphorie d'espèce », ce sentiment que son corps n'est pas de la bonne espèce, d'où le désir d'être un animal.

Lisez 2 Rois 20.2-5; Jonas 3.10 et Jérémie 18.7,8. Que nous indiquent ces textes sur l'occasion qu'a eue le roi d'éviter le châtiment? 

Malheureusement, Nabuchodonosor dut apprendre la leçon à ses dépens. Tant qu'il était investi du pouvoir royal, Nabuchodonosor n'avait aucune capacité de réfléchir à sa relation avec Dieu. Ainsi, en privant le roi de son autorité royale et en l'envoyant vivre parmi les animaux des champs, Dieu lui donne l'occasion de reconnaitre sa totale dépendance envers lui. En fait, la leçon suprême que Dieu veut enseigner à ce roi arrogant, c'est que celui qui domine est dans les cieux (Dn 4.23, colombe). En effet, le jugement rendu sur le roi a un objectif plus grand encore dans le dessein de Dieu, comme l'exprime clairement le décret des êtres célestes : "afin que les êtres vivants reconnaissent que le Très-Haut domine sur toute royauté humaine, qu'il la donne à qui il le désire, et qu'il peut y faire accéder le plus bas des hommes" (Dn 4.14, Segond 21).

En d'autres termes, la discipline appliquée à Nabuchodonosor devrait être une leçon également pour nous tous. Puisque nous appartenons au groupe des vivants, nous devrions faire davantage attention à la principale leçon que nous sommes censés retenir : le Très-Haut domine sur toute royauté humaine.

Pourquoi le fait de savoir que le Très-Haut domine constitue-t-il une leçon aussi importante? En quoi cette connaissance, par exemple, a-t-elle un impact sur la manière dont nous traitons ceux sur qui nous avons un ascendant?