Lisez Daniel 2:34, 35, 44, 45. Qu’est-ce que ces versets nous enseignent sur le destin ultime de notre monde?

L’accent du rêve porte sur ce qui va se passer dans les « derniers jours » (Dan. 2:28). Aussi puissants et riches qu’ils aient pu être, les royaumes de métal (et d’argile) ne sont rien d’autre qu’un prélude à l’établissement du royaume de pierre. Alors que dans une certaine mesure, les métaux et l’argile peuvent être des produits de fabrication humaine, la pierre dans le rêve n’est soutenue par aucune main humaine. En d’autres termes, bien que chacun des royaumes précédents touche finalement à sa fin, le royaume représenté par la pierre durera éternellement. La métaphore de la pierre, alors, symbolise souvent Dieu (par exemple, Deut. 32:4, 1 Sam. 2:2, Ps. 18:31), et la pierre peut également être une représentation du Messie (Ps. 118:22; 1 Pierre. 2:4, 7). Ainsi, rien n’est plus approprié que la figure d’une pierre pour symboliser l’établissement du royaume éternel de Dieu.

Certains soutiennent que le royaume de pierre a été établi pendant le ministère terrestre de Jésus, et que la propagation de l’évangile est une indication que le royaume de Dieu a pris le dessus sur le monde entier. Cependant, le royaume de pierre n’existe qu’après la chute des quatre principaux royaumes, et qu’après que l’histoire humaine ait atteint le temps des royaumes divisés, représentés par les pieds et les orteils de l’image. Ce fait exclut l’accomplissement au cours du premier siècle, parce que le ministère terrestre de Jésus a eu lieu pendant la domination de Rome, le
quatrième royaume.

Mais la pierre cède la place à une montagne. C’est-à-dire, « la pierre qui a frappé l’image est devenue une grande montagne et a rempli la terre entière » (Dan. 2:35). Une montagne comme celle-ci évoque le mont Sion, l’endroit où se trouvait le temple; la représentation concrète du royaume terrestre de Dieu à l’époque de l’Ancien Testament. Fait intéressant, la pierre taillée dans la montagne devient une montagne elle-même. Cette montagne, qui, selon le texte, existe déjà, pointe très probablement vers Sion céleste, le sanctuaire céleste, d’où Christ viendra établir Son royaume éternel. Et dans la Jérusalem qui descendra du ciel (Apo. 21:1-22:5), ce royaume trouvera son accomplissement ultime.

Daniel 2 s’est avéré vrai par l’histoire de tous les royaumes jusqu’à présent. Pourquoi, alors, est-il si logique et sage de faire confiance à sa prophétie sur la venue du royaume final, le royaume éternel de Dieu? Pourquoi est-il si irrationnel de ne pas croire la prophétie?