Leçon 1 : De la lecture à la compréhension

Lecture de la semaine : Luc 24:25-27; 2 Pierre 3:11-13; Jonas 3:3-10; Nom. 14:34; Dan. 9:23; 10:11, 12.
Verset à mémoriser : « Philippe accourut, et entendit l’Ethiopien qui lisait le prophète Ésaïe. Il lui dit: comprends-tu ce que tu lis? » (Actes 8:30, NEG).

Notre église est née à partir des pages du livre de Daniel, ce livre qui fait objet de notre étude ce trimestre. Nous devrions garder les points suivants à l’esprit, comme un modèle pour nous guider dans notre étude.

Tout d’abord, nous devons toujours nous rappeler que Christ est le centre de Daniel, tout comme Il l’est de toute la Bible.

Deuxièmement, Daniel est organisé de manière à nous faire voir son esthétique littéraire et à nous aider à comprendre son objectif principal.

Troisièmement, nous devons comprendre la différence entre les prophéties classiques et celles apocalyptiques. Cela nous aidera à faire la distinction entre les prophéties de Daniel et celles des autres prophètes tels qu’Ésaïe, Amos et Jérémie.

Quatrièmement, alors que nous étudions les prophéties temporelles de Daniel, nous devons comprendre que les contours prophétiques de Daniel s’étendent sur de longues périodes de temps et sont mesurés selon le principe d’un jour égal à un an.

Cinquièmement, nous soulignerons que le livre de Daniel, non seulement transmet des informations prophétiques, mais il est aussi profondément pertinent pour notre vie personnelle d’aujourd’hui..

* Étudiez cette leçon pour le sabbat 4 janvier.

Lisez Luc 24:25-27; Jean 5:39; et 2 Corinthiens 1:19, 20. En quoi Christ est-Il le centre des Écritures?

Il ne fait aucun doute que Jésus est au centre des Écritures, et cela inclut Daniel aussi. Par exemple: le chapitre 1 montre, bien que d’une manière limitée, l’expérience de Daniel analogue à celle de Christ, qui a quitté le ciel pour vivre dans ce monde pécheur et pour lutter contre les puissances des ténèbres. En outre, Daniel et ses compagnons sont dotés d’une sagesse d’en haut pour faire face aux défis de la culture babylonienne. Le chapitre 2 décrit le personnage représenté par la pierre de la fin des temps, pour indiquer que le royaume de Christ finira par remplacer tous les royaumes du monde. Le chapitre 3 révèle Christ marchant avec Ses serviteurs fidèles dans une fournaise ardente. Le chapitre 4 montre Dieu privant Nebucadnetsar de son royaume pendant un certain temps afin que le roi puisse comprendre que « Celui qui domine est dans les cieux » (Dan 4:26 NEG). L’expression « Celui qui domine est dans les cieux » nous rappelle que Christ, en tant que « Fils de l’Homme » (Dan 7:13), reçoit la domination et le royaume, tel que représenté dans Daniel 7.

Le chapitre 5 montre la disparition du roi Belschatsar et la chute de Babylone aux mains des Perses, au cours d’une nuit de réjouissances et de débauche. Cela préfigure la défaite de Satan et l’effacement de la Babylone de la fin des temps par Christ et Ses anges. Le chapitre 6 montre l’intrigue contre Daniel, d’une manière qui ressemble aux fausses accusations por- tées contre Jésus par les grands prêtres. De plus, alors que le roi Darius tente sans succès d’épargner Daniel, Pilate tente sans succès d’épargner Jésus (Matthieu 27:17-24). Le chapitre 7 dépeint Christ comme le Fils   de l’homme recevant le royaume et régnant sur Son peuple. Le chapitre 8 montre Christ comme prêtre du sanctuaire céleste. Le chapitre 9 dépeint Christ comme la victime sacrificielle dont la mort confirme l’alliance entre Dieu et Son peuple. Et les chapitres 10-12 présentent Christ comme Michaël, le commandant en chef, qui combat les forces du mal et sauve victorieusement le peuple de Dieu, même du pouvoir de la mort.
Alors, n’oublions pas que Christ est au centre de Daniel. À chaque chapitre du livre, il y a une expérience ou une idée qui pointe vers Christ.

Au milieu des luttes, des épreuves, ou même des moments de grand bonheur et de prospérité, comment pouvons-nous apprendre à gar- der Christ au centre de notre vie? Pourquoi est-il si important que nous le fassions?

L’arrangement de la section araméenne de Daniel, des chapitres 2-7 (ces parties de Daniel ont été écrites en hébreu et d’autres en araméen), révèle la structure suivante, ce qui contribue à renforcer un message central de cette section, et du livre :

A.    La vision de Nebucadnetsar de quatre royaumes (Daniel 2)
                        B. Dieu délivre les compagnons de Daniel de la fournaise ardente (Daniel 3)
                                           C. Jugement sur Nebucadnetsar (Daniel 4)
                                            C’. Jugement sur Belschatsar (Daniel 5)
                        B’. Dieu délivre Daniel de la fosse aux lions (Daniel 6)
A’. La vision de Daniel de quatre royaumes (Daniel 7).

Ce type d’arrangement littéraire sert à mettre en évidence le point principal en le plaçant au centre de la structure, qui dans ce cas, se compose de C et C’ (Daniel 4 et 5): Dieu enlève le royaume à Nebucadnetsar (temporairement) et à Belschatsar (en permanence). Par conséquent, l’accent des chapitres 2-72-7 est sur la souveraineté de Dieu sur les rois de la terre, car Il les établit et les détrône. L’un des moyens les plus efficaces de transmettre un message et de faire comprendre un point de vue est la répétition. Par exemple, Dieu donne à Pharaon deux rêves sur l’avenir immédiat de l’Égypte (Genèse 41:1-7). Dans le premier rêve, sept vaches grasses sont dévorées par sept vaches maigres. Dans le deuxième rêve, sept épis sains sont dévorés par sept épis maigres. Les deux rêves disent la même chose: sept ans de prospérité seront suivis de sept ans de pénurie. Dans le livre de Daniel, Dieu utilise aussi la répétition. Il y a quatre cycles prophétiques, qui sont des répétitions d’une structure de base globale. En fin de compte, cette structure nous montre la souveraineté ultime de Dieu. Bien que chaque grand contour prophétique transmette une perspective distincte, ensemble ils couvrent la même période historique, s’étendant du temps du prophète à la fin des temps, comme le montre le diagramme suivant :

        

Daniel 2

Daniel 7

Daniel 8, 9

Daniel 10, 12

Babylone

Babylone

Médo-Per se

Médo-Perse

Médo-Perse

Médo-Perse

Grèce

Grèce

Grèce

Grèce

Rome

Rome

Rome

Rome

le royaume de dieu est établi

Le jugement céleste qui

mène à la nouvelle terre

La purification du sanctuaire

Michaël se lève

 

Quel grand espoir ces textes présentent-ils quant à nos perspectives à long terme? Dan. 2:44, Ps. 9:7-12, 2 Pierre 3:11-13.

Les visions prophétiques rapportées dans le livre de Daniel sont d’une nature différente de la plupart des messages prophétiques délivrés par d’autres prophètes de l’Ancien Testament. Les prophéties de Daniel appartiennent à la catégorie des prophéties apocalyptiques, alors que la plupart des autres pro- phéties de l’Ancien Testament appartiennent à la catégorie des prophéties clas- siques. L’appréhension de la différence fondamentale entre ces genres prophétiques est cruciale pour une compréhension correcte de la prophétie biblique.

Les prophéties apocalyptiques présentent certaines caractéristiques particu- lières qui les différencient des prophéties dites classiques:

Visions et rêves. Dans la prophétie apocalyptique, Dieu utilise principale- ment des rêves et des visions pour transmettre Son message au prophète. Dans la prophétie classique, le prophète reçoit « la parole du Seigneur », qui peut inclure des visions, une expression qui se produit avec de légères variations à environ 1600 fois chez les prophètes classiques.

Symbolisme composite. Alors que dans la prophétie classique il y a une quantité limitée de symbolisme, impliquant principalement des symboles qui reflètent fidèlement la vie; dans la prophétie apocalyptique, Dieu montre des symboles et des images au-delà du monde de la réalité humaine, tels que des animaux hybrides ou des monstres avec des ailes et des cornes.

Souveraineté divine et inconditionnalité. Contrairement aux prophéties classiques dont l’accomplissement dépend souvent de la réponse humaine dans le contexte de l’alliance de Dieu avec Israël, les prophéties apocalyptiques sont inconditionnelles. Dans la prophétie apocalyptique, Dieu révèle l’ascension et la chute des empires mondiaux du jour de Daniel à la fin des temps. Ce genre de prophétie repose sur la prescience et la souveraineté de Dieu et elle s’accomplit indépendamment des choix humains.

Lisez Jonas 3:3-10. S’agit-il d’une prophétie classique ou apocalyptique? Justifiez votre réponse. Que dire de Daniel 7:6?

Connaitre les grands genres prophétiques tels que les prophéties classique et apocalyptique peut être d’un grand avantage. Tout d’abord, ces genres montrent que Dieu utilise une variété d’approches pour communiquer la vérité prophétique (Heb. 1:1). Deuxièmement, une telle connaissance nous aide à mieux apprécier la beauté et la complexité de la Bible. Troisièmement, cette connaissance nous aide également à interpréter les prophéties bibliques d’une manière qui soit compatible avec le témoignage de toute la Bible et à expliquer à juste titre « la parole de vérité » (2 Tim. 2:15).

Sur la base des passages tels que Osée 3:4, 5; Amos 8:11, et Zacharie 9:1, certains chrétiens attendent aujourd’hui que les derniers évènements de l’histoire du monde se déroulent au Moyen-Orient. Qu’est-ce qui est erroné dans cette interprétation? Comment le fait de connaitre la différence entre les prophéties apocalyptiques et celles classiques peut-il nous aider à clarifier cette question?

Un autre concept important que nous devons garder à l’esprit en étudiant le livre de Daniel est l’approche historiciste des prophéties apocalyptiques. Cette approche, aussi connue sous le nom d’historicisme, peut être mieux comprise si on la compare aux approches opposées, à savoir: le prétérisme, le futurisme et l’idéalisme.

Le prétérisme tend à considérer les évènements prophétiques annoncés dans Daniel comme ayant eu lieu dans le passé. Le futurisme soutient que les mêmes prophéties attendent toujours un accomplissement futur. L’idéalisme, à son tour, soutient que les prophéties apocalyptiques sont des symboles des réalités spirituelles générales sans aucune référence histo- rique spécifique.

L’historicisme, en revanche, soutient que dans la prophétie apocalyptique, Dieu révèle une séquence ininterrompue de l’histoire du temps du prophète jusqu’à la fin des temps. En étudiant le livre de Daniel, nous verrons que chaque vision majeure dans le livre (Daniel 2, 7, 8, 11) répète ce contour historique de différentes perspectives et avec de nouveaux détails. Les pionniers adventistes, y compris Ellen G. White, avaient compris les prophéties bibliques de Daniel et d’Apocalypse d’un point de vue historiciste.

Lisez Nombres 14:34 et Ézéchiel 4:5,6. Dans le langage prophétique, qu’est-ce qu’un « jour » représente habituellement?

En étudiant le livre de Daniel, nous devons également garder à l’esprit que le temps prophétique est mesuré selon le principe jour égal année. C’est-à- dire qu’un jour prophétique équivaut habituellement à un an dans le temps historique réel. Ainsi, par exemple, la prophétie des 2300 soirs et matins devrait être comprise comme se référant à 2300 ans (Dan. 8:14). De même, la prophétie des 70 semaines devrait être comprise comme étant 490 ans (Dan. 9:24-27).

Cette échelle temporelle semble être correcte pour des raisons évidentes :
(1)    Puisque les visions sont symboliques, les temps indiqués doivent égale- ment être symboliques. (2) Comme les évènements décrits dans les visions se déroulent sur de longues périodes de temps, même jusqu’au « temps de la fin » dans certains cas, les délais liés à ces prophéties doivent être interprétés en conséquence. (3) Le principe jour égal année est confirmé par le livre de Daniel. Un exemple clair vient de la prophétie des 70 semaines, qui s’étend de l’époque du roi Artaxerxès à la venue de Jésus comme Messie. Ainsi, la façon la plus évidente et la plus correcte de donner un sens aux périodes de temps prophétiques données dans le livre de Daniel est de les interpréter selon le principe jour égal année.

Certaines de ces prophéties temporelles couvrent des centaines, voire des milliers d’années. Qu’est-ce que cela devrait nous apprendre sur la patience?

Bien qu’écrit il y a plus de 2500 ans, le livre de Daniel reste profondément pertinent pour le peuple de Dieu au XXI è siècle. Nous prendrons note de trois domaines dans lesquels Daniel peut être pertinent pour nous.

Dieu est souverain sur nos vies. Même quand les choses vont mal, Dieu est souverain et œuvre à travers les caprices des actions humaines pour fournir le meilleur à Ses enfants. L’expérience de Daniel à Babylone ressemble à celles de Joseph en Égypte et d’Esther en Perse. Ces trois jeunes étaient captifs dans des pays étrangers et soumis au pouvoir oppresseur des nations païennes. Pour l’observateur occasionnel, ils ont peut-être semblé faibles et abandonnés par Dieu. Cependant, le Seigneur les a renforcés et les a utilisés de manière puissante. Face aux épreuves, aux souffrances et à l’opposition, nous pouvons regarder en arrière à ce que Dieu a fait pour Daniel, Joseph et Esther. Nous pouvons être assurés que le Seigneur reste notre Seigneur, et Il ne nous a pas abandonnés, même au milieu de nos épreuves et de nos tentations.

Dieu dirige le cours de l’histoire. Parfois, nous nous sentons troublés par un monde confus et sans but qui est plein de péché et de violence. Mais le message de Daniel est que Dieu est au contrôle. Dans chaque chapitre de Daniel, le message est clair que Dieu oriente le flux de l’histoire. Comme le dit Ellen G. White: « Dans les annales de l’histoire moderne, la croissance des nations, la grandeur et la décadence des empires semblent dépendre de la volonté et des prouesses des hommes. La tournure des évènements parait relever essentiellement de leur pouvoir, de leur ambition, de leur caprice. Mais dans la Parole de Dieu, [le voile se lève] et nous pouvons voir, au-delà du jeu des intérêts, des pouvoirs, des passions des hommes, la puissance du Dieu miséricordieux accomplissant silencieusement et patiemment ses desseins » – Éducation, p. 143.
fournit un modèle pour Son peuple de la fin des temps. Daniel et ses amis servent de modèles pour la vie dans une société qui détient une vision du monde souvent en contradiction avec celle de la Bible. Lorsqu’ils sont pressés de compromettre leur foi et de faire des concessions au système babylonien dans des domaines qui mettraient en cause leur engagement envers le Seigneur, ils sont restés fidèles à la parole de Dieu. Leur expérience de fidélité et d’engagement absolus envers le Seigneur nous encourage lorsque nous sommes confrontés à l’opposition et même à la persécution pour le bien de l’évangile. En même temps, Daniel montre qu’il est possible d’apporter une contribution à l’État et à la société tout en restant attaché au Seigneur.

Lisez Daniel 9:23; Daniel 10:11,12 et Matthieu 10:29-31. Que disent ces versets sur l’intérêt de Dieu pour nos luttes person- nelles?

« Les Écrits sacrés sont destinés à être  le guide de quiconque désire connaitre la volonté de Son Créateur. C’est Dieu qui a donné à l’homme la “parole certaine des prophètes”; les anges et Jésus-Christ en personne sont venus sur la terre pour faire connaitre à Daniel et à Jean “les choses qui doivent arriver bientôt”. Les questions importantes qui concernent notre salut n’ont pas été laissées dans le vague, ni enveloppées de mystère. Elles n’ont pas été révélées de façon à intriguer et à égarer celui qui cherche réellement la vérité. Le Seigneur dit par le prophète Habakuk: “Écris la prophétie: grave-la sur des tables, afin qu’on la lise couramment.” La parole de Dieu est claire pour tous ceux qui l’étudient avec un esprit de prière. Toute âme réellement honnête parviendra à la connaissance de la vérité. “La lumière est semée pour le juste.” Aucune église ne peut avancer dans la sainteté tant que ses membres ne recherchent pas la vérité comme on cherche un trésor caché » – Ellen G. White, La tragédie des siècles, p. 460.

« Étudiez l’histoire de Daniel et de ses compagnons. Bien que vivant à cette époque, faisant face aux tentations de tous les côtés, ils ont honoré et glorifié Dieu dans la vie quotidienne. Ils ont décidé d’éviter tout mal. Ils ont refusé de se placer sur le chemin de l’ennemi. Et Dieu a récompensé leur loyauté inébranlable par de riches bénédictions » – (traduit d’Ellen G. White, Manuscript Releases [No. 224], vol. 4, pp. 169, 170).

Discussion:

 Au  fur et à mesure que nous étudions le livre de Daniel, un point fort viendra à l’esprit. Dieu n’est  pas  seulement souverain sur toutes les nations, Il s’est aussi intimement familiarisé avec chacun de nous, même au niveau le  plus profond. Par exemple, comme nous le verrons dans Daniel 2, Il a donné un rêve à un roi païen. Être en mesure d’entrer dans l’esprit de quelqu’un pendant que cette personne dort et implanter un rêve révèle une proximité qui dépasse notre entendement. Dans le même temps, comme nous le verrons, la nature du rêve révèle que Dieu  est  finalement  au contrôle, même des vastes empires du monde, et Il sait comment tout  va  se terminer. Quel réconfort  et  quel  espoir  pouvons-nous tirer de ces représentations de la réalité?  En  même  temps, com- ment vous sentez-vous de savoir que le Seigneur est si proche qu’Il connait même vos pensées? Dans ce contexte, pourquoi la promesse de la croix devient-elle si importante?

 En classe, discutez de la différence entre la prophétie classique et la prophétie apocalyptique. Quels autres exemples des deux pouvez-vous trouver dans la Bible?