Imprimer
Catégorie parente: Trimestre 4: Esdras et Néhémie
Catégorie : Leçon 9: Épreuves, tribulations et listes

Lisez Esdras 1.9-11 et Daniel 1.1,2. En quoi ces textes de Daniel nous aident-ils à comprendre à quoi Esdras faisait référence ? 

Remarquez comment les détails sont donnés dans Esdras, tandis que dans Daniel, c'est le tableau d'ensemble qui est présenté. Ensemble, cependant, ces textes montrent que le Seigneur est aux commandes.

« L'histoire des nations nous sert aujourd'hui d'enseignement. Dans son vaste plan, Dieu a assigné une place à chaque peuple, à chaque individu. De nos jours, hommes et nations seront mis à l'épreuve et jaugés avec la mesure placée dans la main de celui qui ne saurait se tromper. Hommes et nations décident de leur sort d'après leur propre choix, et Dieu dirige tout pour l'accomplissement de ses desseins. » Ellen G. White, Prophètes et rois, p. 408. 

Lisez Daniel 5. Que nous enseignent ces textes sur le jugement sur Belshatsar?

Babylone est tombée en octobre 539 avant Jésus-Christ, quand Cyrus, roi de l'armée médo-perse, l'a conquise. Belshatsar, qui comptait à tort sur sa réussite, son opulence, et sa gloire, était tellement arrogant qu'il avait organisé un banquet débridé la nuit qui se révéla celle où il allait être tué. La main divine écrivit sur le mur du palais que ses jours étaient comptés et arrivaient à leur terme. Il connaissait pourtant le destin et l'histoire de la conversion du puissant roi Nabuchodonosor, mais il ne retint pas la leçon. C'est toujours une tragédie de ne pas écouter les avertissements de Dieu et de ne pas suivre ses instructions.

Le prophète Daniel était toujours là, mais on n'avait pas tenu compte de lui. Quand nous perdons le sentiment de la sainteté de Dieu et de sa présence dans la vie, nous sommes sur un chemin semé de complications, de problèmes, et de tragédies, qui finit par conduire à la mort. 

Après avoir raconté au roi l'histoire de Nabuchodonosor, Daniel dit : Et toi, Belshatsar, son fils, tu ne t'es pas abaissé, quoique tu aies connu tout cela (Dn 5.22). Comment s'assurer que, dans notre propre contexte, nous ne commettons pas la même erreur que Belshatsar ? En quoi la réalité de la croix devrait toujours nous garder humbles devant Dieu ?