Qu'il s'agissait de la lecture du jour ou que Jésus ait choisi délibérément le passage en question (Es 61.1,2) dans le rouleau qu'on lui donna à lire, ce n'était pas un hasard si ces versets ont constitué son premier sermon public. Ce n'est pas non plus une coïncidence si l'histoire du court sermon de Jésus dans Luc 4.16-21, Aujourd'hui cette Écriture, que vous venez d'entendre, est accomplie (Lc 4.21), commence par le récit que fait Luc du ministère public de Jésus.

Jésus relevait la mélodie du cantique de Marie d'un « royaume inversé » et commençait à le mettre en oeuvre dans son ministère. Jésus, et Luc dans son récit de l'histoire de Jésus, se sert de la prophétie d'Ésaïe pour expliquer ce qu'il faisait et allait faire, mais c'était également une autre manière d'exprimer ce que Marie avait décrit trente ans auparavant. Les pauvres, ceux qui souffrent, et les opprimés constituent la cible spéciale et les bénéficiaires de la bonne nouvelle que Jésus apportait.

Jésus adopta ces versets d'Ésaïe 61 comme sa déclaration de mission. Son ministère et sa mission devaient être à la fois spirituels et pratiques, et il démontrerait que le spirituel et le pratique ne sont pas si éloignés que nous le pensons parfois. Pour jésus et ses disciples, s'occuper des gens spirituellement signifiait au moins s'occuper d'eux physiquement et concrètement.

Lisez et comparez Luc 4.16-21 et 7.18-23. Pourquoi, selon vous, Jésus a-t-il répondu de cette façon ? Comment répondriez-vous à des questions similaires sur la divinité et la messianité de Jésus ?

Quand Jésus envoya ses disciples, le mandat qu'il leur donna était également en accord avec sa mission. Tandis qu'ils devaient annoncer que le royaume des cieux s'est approché (Mt 10.7, Darby), les instructions plus poussées de Jésus à ses disciples furent : guérissez les malades, réveillez les morts, purifiez les lépreux, chassez les démons. Vous avez reçu gratuitement, donnez gratuitement (Mt 10.8). Leur ministère, au nom de Jésus, était de refléter et de promulguer les valeurs et les principes de son ministère et du royaume dont il invitait les gens à faire partie. Les disciples devaient également se joindre à Jésus dans sa mission qui consistait à relever les derniers, les faibles, et les perdus.

Comment trouver l'équilibre entre cette oeuvre et la prédication du message des trois anges à un monde perdu ? Pourquoi tout ce que nous faisons doit-il être lié, d'une manière ou d'une autre, à la proclamation de la « vérité présente » ?