Leçon 1: Dieu créa

Etude de la semaine:Gn 1-3, Ac 17.28, Ps 148, Ps 24.1, Gn 4.1-9, Mt 22.37-39, Ap 14.7. 

Verset à mémoriser : Exploiter le faible, c'est insulter son créateur, mais faire grâce au pauvre, c'est l'honorer (Proverbes 14.31, Segond 21.). 

Vous est-il déjà arrive de travailler sur un projet, peut-être un objet d'art ou un travail manuel, un repas, ou autre chose de créatif, pour le voir brisé ou rejeté par la personne à laquelle it était destiné ? Si c'est le cas, vous avez un petit apercu de ce que Dieu a ressenti quand il a crée ce monde et qu'il a donné la vie aux humains, pour voir ce qu'il avait crée brise par le péché. 

La Bible dit que le monde fut crée avec soin et créé « tres bon. » Ce que Dieu pensait de sa création est évident d’après  les récits dans Genèse 1  et 2 . C'est dans ce cadre-là que nous devrions lire le récit de la Chute dans Genèse 3 et la douleur de Dieu alors qu'il confrontait ses créatures.

Chose étonnante, notre monde est toujours aimé de Dieu, même malgré des millénaires de péché, de violence, d'injustice, et de rébellion ouverte. Et chose plus étonnante encore, tandis que Dieu a mis en marche son plan pour racheter et recréer le monde, it nous a donné , en tant que croyants, des rites à jouer dans la réalisation de ses plans. Oui, nous sommes les bénéficiaires de sa grâce. Mais, à travers la grâce que nous avons reçue, nous avons aussi reçu une oeuvre à faire en tant que collaborateurs de notre Seigneur. Quelle responsabilité sacrée , solennelle ! 

Etudiez la lecon de cette semaine pour le sabbat 6 juillet. 

Ce monde et toute la vie qu'il contient, notre vie, et tout ce que nous en faisons, toute notre existence prend sa source en Dieu, car c'est en lui que nous vivons, que nous nous mouvons et que nous sommes (Ac. 17.28). 

 Voici commence le récit de la Bible : Au commencement, Dieu créa le ciel et la terre (Gn 1.1). Et le fait qu'il ait parlé  pour que le monde vienne à  l'existence indique une puissance et un processus que l'on ne peut imaginer. Et pourtant, Dieu n'a pas créé  de loin. Il était intimement impliqué , en particulier quand il s'agi de créer  le premier etre humain (voir Gn 2.7). 011.

Lisez le récit de la création des premiers êtres humains dans Genèse 1.26-31. Quelles choses importantes ce récit nous dit-il sur Dieu ? Quelles choses importantes nous apropos des gens ?

On dit souvent que l'on peut apprendre beaucoup de choses sur Dieu en passant du temps dans la nature, en regardant sa création, et en voyant en elle des apercus du caractère du Créateur en personne. Mais on peut également avoir des aperçus de la manière dont Dieu a créé le monde en devenir en examinant notre comprehension de Dieu lui-même. Par exemple, si Dieu est un Dieu d'ordre, nous devrions nous attendre à  trouver de l'ordre dans sa création. Ou si nous croyons que Dieu est un Dieu de créativité, nous ne devrions pas être surpris de trouver d'incroyables exemples de cette créativité dans le monde qu'il a crée.

De la même manière, nous croyons que Dieu est un Dieu de relations, et ainsi, nous constatons que les relations sont un élément central dans la manière dont Dieu a assemblé le monde. II a crée chaque élément du monde en lien avec Ie reste de la Création. Il a créé les animaux dans une harmonie relationnelle. II a créé les êtres humains en relation avec lui-même, les uns avec les autres, et avec le reste de la création.

Tandis que notre compréhension de Dieu est limitée à bien des égards, les quelques éléments que nous pouvons avoir sur son caractère devraient nous pousser reconsidérerez la manière dont le monde devrait être. 

Cela vous aide-t-il pour votre compréhension du monde de le voir comme un reflet du caractère de Dieu, même alors que les ravages du péché sont tellement visibles ? 

Il est facile d'avoir la nostalgie de l'Eden. Il y a quelque chose dans les courtes descriptions du Jardin que Dieu avait créé  pour qu'il soit la demeure d’Adam et Eve qui suscite une note d'envie dans nos cœurs. Nous ne comprenons peut-être pas comment serait un tel monde, mais nous beneficiairesous disons que nous aimerions le connaitre. II semble que le sentiment de satisfaction et de plenitude etait aussi quelque chose que Dieu ait eprouve : Dieu vit alors tout ce qu'il avait fait : c'était très bon (Gn 1.31). Dieu fit quelque chose qui était à la fois beau et fonctionnel. Exquis dans sa conception, dans sa forme et sa praticite. Vibrant de vie et de couleur, mais également rempli de tout ce qui était nécessaire pour que la vie s'épanouisse. Pas étonnant que Dieu ait fait une pause pour songer que ce monde qu'il était en train de faire était bon. 

Lisez Genèse 1. Selon vous, pourquoi cette répétition de la déclaration : Dieu vit que cela était bon ? Voir Gn 1.4,10,12,18,25 et 31.

Bien qu'elle ait été rédigée intégralement après la Chute, la Bible fourmille de célébrations de la nature, comme dans Job 38 à 41 et dans le Psaume 148. Et nous ne devons pas oublier que ces passages ne sont pas écrits comme un aperçu rétrospectif de la manière dont le monde fut créé initialement et avant le péché. Ils sont écrits au présent, et célèbrent la beauté qui est toujours visible dans notre monde. Jésus a aussi tirée des exemples de la nature pour illustrer la bonté et la bienveillance de Dieu (voir par exemple, Mt 6.26,28-30), recommandant à la fois notre dependance envers Dieu et une appreciation des dons simples qui nous entourent d'émerveillement. Si nous ouvrons les yeux pour regarder les miracles de la création, nous voyons que nous sommes véritablement les bénéficiaires des dons merveilleux de notre Créateur. Notre réaction, même dans les épreuves, devrait être une réaction de gratitude, et d'abandon dans l'humilité à Celui qui dispense tous ces dons. En tant qu'adventistes du septième jour, qui à la fois célébrons la Création et qui anticipons le royaume de Dieu à venir, nous devrions prendre conscience que les beautés, les joies, et la bonté que nous voyons et vivons dans le monde sont des aperçus de ce que fut jadis notre monde, et de ce qu’ll sera à nouveau.

Dans votre expérience de la nature, qu'appréciez-vous particulièrement dans les merveilles de la Création ? Au quotidien, comment apprendre à mieux connaître  le Seigneur à travers les merveilles de la nature ?

D’après  le récit biblique, le Jardin d'Eden et la terre nouvellement créée etaient des lieux d'abondance, créés pour que la vie prospère et notamment pour que les êtres humains en profitent. Mais Dieu donna également au premier homme et à la première femme, ainsi qu'à tous ceux qui viendraient après eux, un rôle à jouer dans sa Création. Il devient vite évident, et pas seulement d’après  la méthode de création  de Dieu, qu'Adam et Eve devaient avoir un statut à part dans ce monde nouveau.

Adam reçut  d'abord la responsabilité de nommer les animaux et les oiseaux (voir Gn 2.19). Puis Dieu lui attribua un autre rôle, présenté comme une bénédiction par Dieu lui-même : Dieu les bénit ; Dieu leur dit : Soyez féconds, multipliez-vous, remplissez la terre et soumettez-la. Dominez sur les poissons de la mer, sur les oiseaux du ciel et sur tous les animaux qui fourmillent sur la terre .(Gn 1.28).

Lisez et comparez Genèse 1.28 et 2.15. Comment décririez-vous la fiche de poste des humains en une phrase ou deux ?

Trop souvent dans l'histoire chrétienne, certains ont cité Genèse 1.28 comme permis d'exploiter la nature, jusqu'à la détruire. Certes, le monde fut crée pour la vie, le bénéfice, et le plaisir des humains. Mais la responsabilité humaine consiste à le cultiver et de le garder, selon les mots de Genèse 2.15.

Quand nous parlons de gestion, d'intendance, notre première pensée va souvent vers l'argent, mais le premier ordre à ce sujet dans la Bible concerne le soin à apporter à la terre que Dieu a créée et qu'il nous a confiée. L'ordre donné à Adam et Eve anticipait que la terre serait partagée avec leurs enfants et avec les générations futures. Dans le plan initial pour le monde, le monde créé devait continuer à être une source de vie, de bienfaits, et de beauté pour tous les humains, et Adam et Eve devaient jouer un grand rôle dans les soins apportés à la terre.

La terre appartient toujours au Seigneur (voir Ps 24.1), et nous sommes toujours appelés à être des intendants de tout ce que Dieu nous a donné. Nous pourrions peut-être conclure, également, que dans un monde déchu, notre responsabilité d'intendants est encore plus grande.

Qu'est-ce que cela signifie pour vous d'être intendant de la terre aujourd'hui, dans un monde déchu ? En quoi la prise de conscience de cette responsabilité affecte-t-elle votre manière de vivre au quotidien ? 

Il y a une chose que Dieu a donné à Adam et Eve qu'il n'a pas donnée à d'autres, il s'agit de la liberté morale. Ils étaient tous deux des titres moraux, d'une manière inconnue des plantes, des animaux et des arbres. Dieu attachait tellement d'importance à cette liberté morale qu'il a laissé la place à la possibilité que son peuple choisisse de désobeir. Ce faisant, il mettait en jeu tout ce qu'il avait créé pour l'objectif plus grand d'une relation avec ses créatures humaines, sur la base de l'amour et du libre arbitre.

Mais il y avait également un destructeur (car cette liberté morale existait aussi pour les anges), qui voulait perturber le monde bon et complet que Dieu avait créé et qui chercha à se servir de la création toute spéciale sur terre, les titres humains, pour y parvenir. S'exprimant à travers le serpent, le diable remit en cause la plénitude et la suffisance de tout ce que Dieu avait donné (voir Gn 3.1-5). La première tentation fut de convoiter plus que ce que Dieu leur avait donné, de douter de la bonté de Dieu, et de compter sur eux-mêmes.

Par ce choix et cet acte, les relations qui faisaient partie intégrante de la création, comme Dieu l'avait voulu, furent brisées. Adam et Eve ne jouissaient plus de la relation avec leur Créateur pour laquelle ils avaient été concus (voir Gn 3.8-10). Ces deux titres humains prirent tout à coup conscience qu'ils étaient nus et honteux, et que leur relation mutuelle était modifiée presque irrémédiablement. Leur relation avec le reste de la terre fut également mise à rude épreuve et brisée.

Lisez Genèse 3.16-19. Que nous indiquent ces versets sur la relation modifiée entre titres humains et la nature ?

A cause de la realité du péché, la vie devint soudainement beaucoup plus difficile pour Adam, Eve, et le reste de la création. Les consequences du péché sont réelles, en particulier quand elles affectent l'humanité et nos relations. En un sens, nous sommes éloignés de Dieu notre Créateur. Nos families sont également touchées de bien des manières, et nos relations avec les autres sont souvent un defi. Nous luttons également en lien avec l'environnement naturel et le monde dans lequel nous vivons. Tous les aspwects de notre vie et de notre monde montrent la misère causée par le péché. Mais ce n'est pas ainsi que Dieu a crée le monde. Les . malédictions de Genèse 3 viennent également avec une promesse que Dieu prévoyait un moyen de recréer notre monde et de restaurer les relations qui avaient éte brisées par le péché. Tandis que nous luttons encore contre le péché et ses effets dans nos vies, nous sommes appelés a maintenir la perfection originale du monde et a chercher à vivre dans nos vies le plan que Dieu a pour ce monde.  

Avec l'irruption du péché, il ne fallut pas longtemps pour que le monde se désagrège davantage. Suscité par la jalousie, l'incompréhension, et la colère, le premier meurtre impliqua la première fratrie. Quand Dieu interrogea Caïn à propos de son péché, la réponse de ce dernier était probablement à la foi sarcastique et rhétorique : Suis-je le gardien de mon frère ? (Gn 4.9), et la réponse implicite dans la question initiate de Dieu était : « Si, absolument, tu es le gardien de ton frère.

Lisez Proverbes 22.2. Que sous-entend cette déclaration simple en apparence ? Que nous indique-t-elle sur notre relation avec nos semblables ?

Toutes les personnes que nous rencontrons sont des créatures de Dieu, créées à son image, et faisant partie du réseau relationnel qui nous connecte tous dans la création de Dieu, aussi casse que soit ce réseau. « En ce monde, nous sommes tous solidaires les uns des autres. Le malheur qui atteint une partie de l'humanité met l'autre en péril. » Ellen G. White, Le ministère de la guérison, p. 289. Que cela nous plaise ou non, nous avons une responsabilité sacrée envers Dieu, et les uns envers les autres (voir Mt 22.37-39).

La Bible ne cesse d'affirmer que Dieu est notre Créateur. Par exemple, c'est l’une des raisons avancées pour se souvenir du sabbat (voir Ex 20.11) et pour adorer Dieu à la fin des temps (voir Ap. 14:7). C'est également une motivation principale avancée pour s'occuper des autres, pour se soucier des moins chanceux.

Nous sommes tous liés par nos origines communes en Dieu. Exploiter le faible, c'est insulter son créateur, mais faire grâce au pauvre, c'est l'honorer (Pr. 14:31, Segond 21). Ce lien pourrait-il être plus clair ?

Dieu, en tant que notre Créateur, a un droit sur nous, qui exige toute notre vie, y compris notre adoration, notre service et soin pour les autres. C'est souvent difficile, frustrant, et parfois, cela ne nous arrange pas, nous sommes bien, en effet,  “le gardien de notre frere.”

Pourquoi, selon vous, les revendications de Dieu en tant que Créateur sont-elles un thème aussi récurrent dans la Bible ? Pourquoi est-ce si important, et comment cette réalité devrait-elle affecter la manière dont nous traitons autrui ? 

Lisez Ellen G. White, « La création , pp. 21-28, dans Patriarches et prophetes. `Dieu est amour'.

Sa nature, ses lois, ses voies, tout en lui est amour. Tel il est, tel il a été, tel il sera. En celui 'qui siege sur un trône eternel', qui 'habite dans une demeure haute et sainte', n'y a aucune variation ni aucune ombre de changement.'

Chaque manifestation de sa puissance créatrice est l'expression d'un amour infini. A tons les titres, la souveraineté de Dieu assure des bienfaits sans bornes. Ellen G. Patriarches et prophetes, p. 9.

Si les hommes consentaient a accomplir leur devoir comme de fideles dispensateurs des biens du Seigneur, personne ne souffrirait de la faim ou de l'indigence. C'est leur infidélité qui est responsable de la misère dans laquelle est plongée l'humanité. [...]. Dieu a fait des hommes ses économes, et il ne doit pas être accusé d'être l'auteur de la souffrance, des privations et de la misère qui existent sur la terre. Il a pourvu abondamment aux besoins de tous. Ellen G. White, Le ministère de la bienfaisance, pp. 14,13. 

A MEDITER  :

Examinez la dernière citation d'Ellen White ci-dessus. Que dit-elle ? Selon elle, qui est responsable de toute cette pauvreté dont nous sommes témoins ? Qu'est-ce que cela nous indique sur l'importance d'un économat fidèle ?

1. Apres des milliers d'années de misèlre causée par le péché, comment est-il possible de voir encore combien la Création est bonne ? En tant que peuple qui croit en un Dieu Créateur, que peut-on faire pour aider les autres a voir cela?

 2. Que comprenez-vous par économes ? Dans la leçon de cette semaine, y a-t-il quelque chose qui a fait evoluer votre facon de penser sur ce que signifies etre un intendant, en particulier puisque nous sommes appeles par Dieu ?

3. Comment cela pourrait-il changer nos relations et notre manière de traiter les autres si nous pouvions voir un signe sur chaque personne qui nous rappellerait qu'elle  ”est créée par Dieu à son image et aimée de lui” ?

Résumé  : Dieu a crée un monde bon et complet, et il a designé les titres humains, créées à son image, pour cultiver et garder sa création. Bien que le péché ait brisés les relations que Dieu avait prévues à l'origine pour nous, nous avons encore un role à jouer comme intendants du bien de la céation et comme gardiens de nos semblables. S'acquitter de ce rôle est une facon d'honorer Dieu comme notre Créateur.